Michaël Ciani et les Girondins ambitionnent d'aller loin dans une Coupe qui leur réussit.
Michaël Ciani et les Girondins ambitionnent d'aller loin dans une Coupe qui leur réussit. - e. pol / sipa

marc nouaux

La Coupe de la Ligue réussit généralement aux Bordelais. Vainqueurs à trois reprises du trophée, ils ont même atteint la finale trois fois lors des quatre dernières éditions. Avec six finales disputées au total (un record), Bordeaux se présente en spécialiste ce soir face à Saint-Etienne. « C'est une compétition que l'on aime jouer. On l'apprécie particulièrement dans le groupe » avoue le jeune attaquant Henri Saivet, qui l'a remportée en 2009. Régulièrement décriée par certains clubs de L1, la Coupe de la Ligue est défendue à Bordeaux : le défenseur Florian Marange la considère en effet comme un « moyen de se qualifier rapidement pour l'Europe. On arrive vite en demi-finale et en finale. » L'entraîneur Jean Tigana rejoint ses joueurs en affirmant « ne négliger aucune compétition ».

« Responsabiliser d'autres joueurs »
Après la défaite face à Brest en L1, la Coupe peut aussi permettre à des joueurs qui ont moins de temps de jeu de se révéler comme le sous entend Jean Tigana. « Il va falloir repositionner certains joueurs et en responsabiliser d'autres à la place de ceux qui ne sont pas performants. Je vais donner du temps de jeu à certains face à Saint-Etienne. Cela me permettra de voir si je peux les utiliser par la suite. » Un déplacement difficile pour ce huitième de finale, mais qui n'effraie pas Florian Marange : « C'est une équipe qui va jouer et laisser des espaces donc ce sera peut-être plus facile que contre Brest. Si on tient bien dans les 20 ou 25 premières minutes, le rythme retombera un peu. On pourra alors imposer notre jeu et se créer des occasions. »