C'est sur qu'après avoir marqué contre l'Espagne en Coupe du monde quand on a pas planté un but de l'année avec Saint-Etienne peut mériter une prière. N'est ce pas Gelson Fernandes? (Espagne - Suisse, 0-1, le 16 juin 2010)
C'est sur qu'après avoir marqué contre l'Espagne en Coupe du monde quand on a pas planté un but de l'année avec Saint-Etienne peut mériter une prière. N'est ce pas Gelson Fernandes? (Espagne - Suisse, 0-1, le 16 juin 2010) - P.Hanna/REUTERS

P.K.

Cette page est actualisée en temps réel : cliquez ici pour mettre à jour.

  • L'avant-match

    Bon, on vous l’accorde: ce n’est pas le match le plus sexy de cette première phase. Mais il vaut le coup d’œil, pour au moins deux raisons. D’abord, parce que c’est la dernière rencontre déséquilibrée de cette Coupe du monde, l’ultime occasion de voir un petit poucet batailler corps et âme à onze derrière pour accrocher le 0-0. Après, toute cette belle poésie du football sera finie.

    >> Espagne - Chili en live comme-à-la-maison


    Ensuite, parce que l’on pourrait voir la Suisse réaliser un exploit: battre le grand favori de la compétition lors du premier match et ne pas réussir à se qualifier pour le deuxième tour. Incapable de produire du jeu, la «Nati» s’est inclinée sans gloire contre le Chili et est obligée de gagner ce soir face au Honduras. Autant dire, obligée de se faire violence.

    Car cette équipe défensive n’a nullement l’habitude d’attaquer, encore moins de faire le jeu. Ce qui n’effraie pas son attaquant vedette, Alex Frei: «Nous avons marqué deux buts contre la Grèce au match aller des qualifications, et deux buts au match retour, donc je pense qu'on a vraiment un argument solide pour penser qu'on est capable de marquer deux buts vendredi.» Convaincant.

    On vous veut à 20h15 et pas une minute de retard pour voir si la Suisse arrive à se faire violence. Vos pronostics et analyses à chaud sont attendues en commentaires.

    permalien