Antoine Kombouaré et Christian Gourcuff vont devoir s'expliquer

EN BREF -Ils sont convoqués par le Conseil national de l'éthique...

La rédaction sport

— 

 Antoine Kombouaré, le 1er septembre 2008.

 Antoine Kombouaré, le 1er septembre 2008. — P.Rossignol / REUTERS

 Samedi soir, en répondant «les gens sont libres de leur propos» à la charge de Christian Gourcuff contre Claude Makelele – «il est dépassé et n’a plus rien à faire sur un terrain» –, Antoine Kombouaré semble s’aplatir. Les habits d'entraîneur du club de la capitale ont-ils changé l'ancien coach de Valenciennes? Une hypothèse vite chassée. Deux jours après le match face à Lorient (1-1), Kombouaré a repris du poil de la bête et a rembarré son homologue breton sur RMC: «Christian Gourcuff, il faut lui dégonfler le cigare. J’ai l’impression que ce mec est aigri. Excusez-moi de parler avec mes mots à moi, mais ce genre de mec mérite des claques dans la gueule».

A force de s'allumer par médias interposés, Kombouaré et Gourcuff vont devoir se retrouver plus tôt que prévu. Le Conseil national de l'éthique (CNE) a décidé de convoquer les deux entraîneurs le lundi 12 octobre «suite à leurs récentes déclarations publiques».


Match retour le 6 février

Le technicien parisien admet que l’énervement de Gourcuff contre les fautes de Makelele est légitime: «Qu’il dise à la fin du match qu’il a parfois été à la limite et qu’il mérite le rouge, pas de souci. A chaud on peut réagir comme ça, je sais de quoi je parle.» En revanche, ce qui ne passe pas, c’est l’attaque contre la présence même de Makelele sur un terrain de foot. «Je n’accepte pas qu’il s’attaque à l‘intégrité d’un joueur, mon joueur en l’occurrence, poursuit-il. Quand il dit qu’il est dépassé et qu’il n’a plus rien à faire sur un terrain, je dis stop. Il est irrespecteux, dépasse les limites et va avoir affaire à moi.»

Antoine Kombouaré est revenu mardi matin sur ses propos dans les colonnes du Parisien/Aujourd'hui en France en esquissant au passage un nouveau mode de communication au PSG. «Je suis là pour défendre le PSG et je réagis par rapport à des gens qui nous attaquent, on ne va pas tout de même pas tendre l’autre joue! Avant, peut-être qu’on ne disait rien. Mais il faut que les gens arrêtent de nous marcher sur la tête. Je n’accepte pas ce genre de réflexions. Ce n’est pas à Claude de répondre à Gourcuff, c’est à moi. Je réponds à quelqu’un qui attaque mes joueurs. Car mes joueurs, ce sont mes enfants. Lui, qu’il s’occupe des siens!»

En attendant, le coach lorientais semble faire la sourde oreille, n’ayant pas répondu aux deux messages que Kombouaré dit lui avoir laissés. Il devrait avoir sa réponse le 12 octobre.