Le tennisman français Gilles Simon, lors de son match contre Murray au Masters de Shanghai, le 12 novembre 2008.
Le tennisman français Gilles Simon, lors de son match contre Murray au Masters de Shanghai, le 12 novembre 2008. - REUTERS

A.P. avec agence

Gilles Simon a frôlé l'exploit face au N.3 mondial Novak. Le Serbe s’est défait du Français péniblement après trois manches serrées 3-6, 7-5, 7-5 et près de trois heures de jeu. En revanche.

Djokovic s'en est sorti grâce à un soupçon d'expérience et d'efficacité en plus, Simon étant incapable de prendre l'initiative dans les moments importants, notamment pour conserver un break réussi très tôt dans le dernier set. «Je n'ai jamais relâché ma concentration, mentale et physique, et j'ai toujours cru en la victoire. L'esprit de combativité a été la clé du match aujourd'hui», a estimé Djokovic.

Gasquet n'y était pas

«J'étais moins fatigué que lui, mais tout ce que j'avais aujourd'hui dans mon jeu, c'était mes jambes», souffle Simon, toujours aussi lucide. «J'ai perdu un match que j'aurais pu gagner, et je n'aime pas ça. J'ai été incapable de réussir quoique ce soit lorsqu'il le fallait, me contentant alors de renvoyer la balle en étant incapable de monter au filet.»

Richard Gasquet n'a jamais été en mesure d'inquiéter l'Espagnol David Ferrer (N.4), facile vainqueur 6-2, 6-2. Pour le troisième trois de la saison, Gasquet se casse les dents aux portes de la finale.