Guillaume Hoarau du PSG après avoir marqué face à l'olympique de Marseille, au stade Vélodrome, le 26 octobre 2008.
Guillaume Hoarau du PSG après avoir marqué face à l'olympique de Marseille, au stade Vélodrome, le 26 octobre 2008. - REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Matthieu Goar

Le football est parfois un formidable accélérateur de destinées. Guillaume Hoarau en sait quelque chose. Il y a moins de 5 ans, le grand échalas d'1m 92 plantait encore à 19 ans des buts pour l'équipe première de la Jeunesse Sportive Saint-Pierroise sur l'île de la Réunion, «un peu l'OM d'ici, le club du sud catalyseur de toutes les passions» selon les mots de Jean-François Roux-Fouillet, journaliste au Quotidien de La Réunion. Dimanche soir, le même Hoarau a planté un doublé dans l'antre du grand OM, rappelant le souvenir de Pauleta, lui aussi auteur de deux buts face à l'OM en 2004, sans le faire regretter.

Trop maigre pour réussir

Pour certains, l'accélérateur met seulement du temps à s'enclencher. Hoarau est de ceux-là. Il y a une grosse dizaine d'années, à l'âge où les carrières se font, personne ne pariait sur cet adolescent habile mais malingre. En 1995, le Havre part repérer des joueurs à La Réunion. Tout le monde ne parle alors que du talent d'un gamin de la Saint-Pierroise, Florent Sinama-Pongolle immédiatement recruté à 11 ans par le HAC. L'année suivante les poussins de la Saint-Pierroise du jeune Hoarau viennent disputer un tournoi en métropole sous les yeux des formateurs du Havre. «Guillaume était très mince. On avait peur qu'il ne supporte pas les charges de travail et qu'il se casse», raconte Yves Dupuy, ancien directeur du pôle d'entraînement des jeunes footballeurs réunionnais et qui est chargé par le HAC depuis des années de repérer les jeunes talents de l'île.

Apprendre de ses échecs

Retour à la Réunion. Pendant que Sinama-Pongolle joue avec l'équipe de France des moins de 17 ans, Hoarau anime le championnat local. «Honnêtement, c'était un bon joueur mais comme il y en a des dizaines ici qui partent en métropole et qui ne donnent rien», raconte Jean-François Roux-Fouillet. L'entraîneur de la Saint-Pierroise, Patrice Ségura convainc quand même les dirigeants du Havre de le revoir. A presque 20 ans, un âge canonique pour les jeunes espoirs, Hoarau intègre l'effectif pro du Havre. Il joue peu, subit la concurrence et est prêté à Gueugnon pour la saison 2006-2007. Un nouvel échec même si ses 8 buts aident le club à se maintenir en Ligue 2.

De retour au Havre, Hoarau explose. Il joue les 38 matchs et marque 28 buts. Jean-Marc Nobilo, ancien directeur du centre de formation du HAC l'a vu jouer en CFA entre 2005 et 2007 puis l'a entraîné en Ligue 2 en 2007-2008. «Il a un grand désir de réussite. Il se remet en cause en permanence et puis surtout il a énormément travaillé son physique à l'entraînement car ce n'est pas évident de bouger sa grande carcasse», analyse Nobilo pour expliquer la réussite de Hoarau. Meilleur buteur du championnat de Ligue 2, il est repéré par Paris où il a déjà marqué 6 buts en dix matchs.

Avant de partir à Paris, il se fend d'un petit discours à l'hôtel de Ville du Havre:





«Tout le monde parle de ses buts mais il faut aussi noter son jeu d'appui pour les autres, son remplacement défensif, explique Nobilo. C'est dans la lignée de ce qu'il avait travaillé au Havre sauf que c'est à Paris.» A son arrivée au PSG, certains redoutaient de voir le meilleur buteur de Ligue 2 endosser le costume trop large du remplaçant de Pauleta. «Il ne faut pas s'y tromper, Hoarau est un gentil mais il a un sacré caractère. C'est un garçon qui a beaucoup appris de ses déconvenues. Il a une grande force morale. Il sait ce qu'il veut et est prêt à vaincre l'adversité, poursuit Dupuy. Il va franchir un nouveau palier avec Le Guen car l'entraîneur parisien lui fait confiance. Ils sont tous les dans la même philosophie» Après le match de dimanche, à l'image de son entraîneur, Hoarau a laissé l'euphorie à ses coéquipiers et aux journalistes. «Le chemin est très long. Je suis simplement en train de prendre mes marques», a-t-il simplement déclaré. Cela promet.