Le joueur de tennis Richard Gasquet retourne un service du Belge Kristof Vliegen lors du deuxième tour du tournoi de Monte-Carlo
Le joueur de tennis Richard Gasquet retourne un service du Belge Kristof Vliegen lors du deuxième tour du tournoi de Monte-Carlo - no credit

Romain Scotto, avec agence

Il n’y a plus aucun Français à Monte-Carlo. Mercredi après midi, Roger Federer et Sam Querrey ont été les bourreaux de deux derniers espoirs de victoire tricolore dans le master Series. Jamais, depuis cinq ans, le bilan des Bleus n’avait été aussi terne à l’entame des quarts de finales

Face à Roger Federer, Gaël Monfils aurait pu miser sur la forme vacillante du numéro un mondial ou sur un éventuel effet de surprise. Mais il n’a pas pesé très lourd (6-3 ; 6-4). Après être passé à deux points de l’élimination au tour précédent face à Ramirez Hidalgo, le Suisse s’est ressaisi en rendant une copie propre face à un adversaire très vite dépassé.

Les regrets de Monfils

En réalité, le joueur aux rastas n’a tenu que six jeux. Le temps que le Suisse mette en application son plan de marche. Une alternance de coups droite-gauche qui a fait courir le Français dans tous les coins du terrain. «J'ai quelques regrets parce qu'il y avait quelque chose à faire, a reconnu le protégé de Thierry Champion. Je suis bien entré dans mon match, mais je n'ai pas su rester constant. Après, je pense que j'aurais pu le faire un peu plus batailler. Mais j'ai cédé.»

Repoussé très loin derrière sa ligne de fond de court, Monfils a donc très vite subi l’échange et multiplié les fautes directes. «On a l'impression que j'aurais pu lui mettre deux sets comme ça, mais il joue toujours très bien. On parle quand même du numéro un mondial.»

La désillusion de Gasquet

Richard Gasquet quant à lui, ne pouvait pas en dire autant. Celui qui l’a fait plier mercredi soir est moins bien classé que lui (50e mondial) et n’est pas réputé pour ses performances sur terre battue. Face au géant américain (1,98m), le Biterrois avait pourtant remporté la première manche, avant de laisser filer les deux suivantes (2-6 ; 6-4 ; 6-3). Et dire qu’à un mois du début de Roland Garros, il comptait se relancer lors de ce tournoi…