Le président de la Concacaf apporte son soutien aux «pays de merde» fustigés par Donald Trump

POLEMIQUE Le président américain s'est encore fait des amis...

N.C.

— 

Le président de la Concacaf Victor Montagliani a répondu aux propos de Donald Trump sur les «pays de merde» d'Amérique Centrale, le 12 janvier 2018.

Le président de la Concacaf Victor Montagliani a répondu aux propos de Donald Trump sur les «pays de merde» d'Amérique Centrale, le 12 janvier 2018. — ISI/Shutterstock/SIPA

Donald Trump s'est encore fait des amis. Le président des Etats-Unis, en fustigeant «des personnes originaires de pays de merde» lors d'une réunion sur l'immigration jeudi, a déclenché des réactions à la chaîne, venant de tous bords. Le monde du sport y apporte son écho, on l'a vu avec Martin Fourcade vendredi. 

>> A lire aussi: 54 pays africains réclament une «rétractation» de Donald Trump après ses propos

Le président de la Confédération d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes de football (Concacaf) est également monté au front. «Dans le monde du football, nous comprenons que la diversité des expériences et des parcours est une force pour une équipe, a écrit sur Twitter Victor Montagliani. La famille de la Concacaf est aux côtés de ceux qui sont venus d'Haïti et ceux qui y vivent, du Salvador et du monde entier, en rappelant que tout le monde est bienvenu sur les terrains de football.»

Les propos de M. Trump ont suscité une vague d'indignation à travers le monde. «Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici ?», s'était interrogé le président américain, en référence à des pays d'Afrique ainsi qu'à Haïti et au Salvador, expliquant que les Etats-Unis devraient plutôt accueillir des ressortissants de la Norvège.

Les propos du président américain tombent particulièrement mal pour la Concacaf, qui est candidate à l'organisation du Mondial 2026 par le biais des Etats-Unis, du Canada et du Mexique. Le dossier de candidature doit être formellement déposé au plus tard le 16 mars et la candidature américano-canado-mexicaine a les faveurs des pronostics. Un seul autre pays est sur les rangs, le Maroc.

Mots-clés :