Strasbourg-Guingamp: «Les 11 joueurs n'ont pas répondu "présent"», le Racing est retombé dans ses travers défensifs (0-2)

FOOTBALL Complètement hors de propos en première mi-temps, les Strasbourgeois ont rapidement cédé par deux fois en un gros quart d'heure contre Guingamp au stade de la Meinau pour la première de l'année en Ligue 1...

Bruno Poussard

— 

Les Strasbourgeois ont notamment fait preuve de trop grandes erreurs défensives pour espérer mieux contre Guingamp à la Meinau.

Les Strasbourgeois ont notamment fait preuve de trop grandes erreurs défensives pour espérer mieux contre Guingamp à la Meinau. — F. Florin / AFP.

  • Après une bonne reprise en Coupe de France contre Dijon à l’issue de la trêve, les Strasbourgeois ont raté leur premier match de Ligue 1 en 2018.
  • Contre Guingamp (0-2), les Alsaciens sont complètement passés à travers, surtout en première mi-temps, et notamment en défense…

Le Racing craignait la reprise après la trêve hivernale. Surtout après la claque reçue à Metz (3-0) avant les fêtes. De retour d’un stage en Espagne, les Strasbourgeois ont assuré la qualif en Coupe de France contre Dijon, dimanche (3-2, a.p.). Mais c’est finalement cinq jours plus tard qu’ils sont passés à côté de leur sujet contre Guingamp (0-2) pour la reprise de la Ligue 1.

Il n’a pas fallu plus de huit minutes aux Bretons pour prendre l’avantage ce vendredi soir. Par Yannis Salibur grâce à un bel enchaînement de passes et de cagades alsaciennes dans la surface à la huitième minute justement. Puis par Nicolas Benezet, laissé seul dans l’axe et parfaitement lancé par son attaquant Jimmy Briand depuis le côté gauche, à la seizième.

>> A lire aussi : Strasbourg-Guingamp: Vainqueurs en Alsace (0-2), les Bretons poursuivent leur belle série en Ligue 1

Trois joueurs absents, un schéma changé, rien ne va

Une preuve - parmi tant d’autres - des galères du Racing club de Strasbourg dans cette 20e journée de championnat. Sans Jean-Eudes Aholou et Dimitri Liénard au milieu (en plus de Martin Terrier devant) dans un schéma changé, rien n’a semblé réellement fonctionner. Difficile de compter le nombre de mauvais choix, passes ratées, ballons et duels perdus avant la mi-temps.

« Il y avait des absents, mais on ne va prendre cela comme excuse, coupe le capitaine Kader Mangane. Si l’entraîneur a mis 11 joueurs sur le terrain, c’est qu’ils méritent de jouer et ceux-là n’ont pas répondu "présent", ce qui nous a coûté le match. Il va falloir montrer un autre visage dans cette deuxième partie de saison et se mettre dans la tête que ces matches, on ne pourra plus les rattraper. »

Des problèmes défensifs de nouveau sacrément visibles

C’est derrière que les hommes de Thierry Laurey sont retombés dans leurs travers, entre des difficultés à la récupération et, surtout, des problèmes défensifs loin d’être oubliés, à l’image d’une charnière centrale plusieurs fois en retard. Guingamp, pendant ce temps, a tiré quatre fois, cadré trois fois et marqué deux fois avant la pause. Simple, basique leçon d’efficacité.

L’entraîneur reprend :

« Sur les buts, il y a quand même quelques placements et quelques interventions qui sont encore à revoir. Ce soir, il y a eu du déchet de la part de tout le monde, c’est collectif. (…) Beaucoup de choses n’ont vraiment pas fonctionné en première mi-temps. »

Première défaite à la Meinau en Ligue 1 depuis le 24 septembre

Les Alsaciens ont bien mis un peu plus de rythme en deuxième période, ils ne sont jamais parvenus à inquiéter le portier adverse, même si la tête manquée par Nuno Da Costa (48e) et la frappe de Jérémy Blayac (contrée de la main, 69e) auraient notamment mérité mieux. Ils n’avaient plus perdu à la Meinau en Ligue 1 depuis le 24 septembre, mais les Strasbourgeois ont donc cette fois cédé.

« On a mal débuté et on leur a servi trop de ballons faciles, analyse coach Laurey. Ils n’ont pas hésité à jouer plus haut. Et on n’a pas réussi à trouver de solutions, à être rigoureux défensivement. Sur la première mi-temps, on était vraiment en dessous de ce qu’on avait prévu de faire, on ne pouvait rien espérer. Sur la seconde, on aurait pu espérer le nul. Du coup, la défaite me paraît logique. »

Après ce match raté, les Alsaciens se déplacent à Marseille, dès mardi. Sans perdre l’idée de réagir, malgré le pedigree de leur prochain adversaire. Avec quel mot d’ordre ? « De ne pas perdre là-bas déjà, répond Kader Mangane en conclusion. On va essayer de montrer un autre état d’esprit pour essayer de revenir avec au moins un point. »