Au beau milieu du réveillon de Noël, les présidents de l’OL et de l’OM lancent une guéguerre sur Twitter

FOOTBALL Il n’y a pas de trêve de Noël entre les présidents lyonnais et marseillais…

Aymeric Le Gall

— 

Jean-Michel Aulas à Istanbul le 19 avril 2017.

Jean-Michel Aulas à Istanbul le 19 avril 2017. — Arnaud Andrieu/SIPA

La Ligue 1 a peut-être posé quelques jours de RTT pour les fêtes de fin d’année, mais ça n’empêche pas certains présidents de clubs de rester très actifs, notamment sur les réseaux sociaux. C’est le cas de Jean-Michel Aulas et de Jacques-Henri Eyraud, les patrons de l’ OL et de l’ OM. Le premier acte de cette guéguerre entre les deux olympiques a commencé au lendemain de la dernière journée de Ligue 1, quand l’Olympique Lyonnais, en déplacement à Toulouse, a bénéficié d’un penalty extrêmement généreux suite à une soi-disant faute sur Mariano Diaz, le buteur lyonnais.

>> A lire aussi : TFC-OL: «L’arbitre a décidé qu’on perdrait»... Certains Toulousains n'ont pas supporté le penalty lyonnais

« On est à l’OM depuis une saison et demie, et si on prend les chiffres depuis la saison 2016-2017, l’OM a bénéficié de cinq penalties, Lyon en a bénéficié de dix-neuf. Dix-neuf, a expliqué le président de l’OM dans les colonnes de L'Equipe samedi 23 décembre. Je ne suis pas paranoïaque, mais je veux juste comprendre. Avec la vidéo, le penalty de Mariano Diaz n’aurait pas été validé. »

La suite du clash s’est poursuivie sur Twitter. Jacques-Henri Eyraud a en effet publié une ancienne vidéo de Jean-Michel Aulas dans laquelle le président lyonnais se plaignait du mauvais arbitrage dont son équipe était victime. Le tout accompagné d’un petit message bien sympa à l’encontre de JMA.

Et forcément, en adorateur des réseaux sociaux, Aulas n’a pas tardé à répondre aux attaques de son homologue marseillais. Dans un tweet publié le 24 décembre à 20h15, entre l’apéro de Noël et la dégustation du plateau de fruits de mer, le président de l’OL a lancé une nouvelle pique à Eyraud.

Au vu des relations tendues entre les deux hommes, et sachant que l’OL et l’OM vont se battre pour une place sur le podium de L1 à partir du mois de janvier, on se dit que la trêve hivernale dans le foot français n’a de trêve que le nom. Vivement la reprise.