Nice: Mario Balotelli serait prêt à revenir à Manchester City «même sans salaire»

FOOTBALL En revanche, pour le Milan AC, ça a l'air mort...

N.C. avec AFP

— 

Mario Balotelli lors de Lazio Rome-Nice en Ligue Europa, le 2 novembre 2017.

Mario Balotelli lors de Lazio Rome-Nice en Ligue Europa, le 2 novembre 2017. — CIAMBELLI/SIPA

Mario Balotelli aimerait-il rejouer à Manchester City, là où il a connu sa « meilleure saison » ? « Sans l’ombre d’un doute », répond jeudi l’international italien dans une interview à la Gazzetta dello Sport. Et même gratuitement s’il le faut, précise l’attaquant niçois de 27 ans. « Dans ce club, il y a une ambiance unique, a expliqué le buteur. J’y retournerai même pour jouer et sans salaire ».

>> A lire aussi: «C’est un bon garçon», Mario Balotelli passe le cap des dix ans de carrière

« Mon but, c’est de revenir dans un gros club pour gagner de nouveau quelque chose d’important. J’aimerais évoluer de nouveau au sein d’un gros effectif. Je veux rejouer la Ligue des champions et gagner quelque chose », a développé le fantasque joueur, auteur de 16 buts en 21 matchs de L1 cette saison.

Formé à l’Inter Milan, il y a évolué jusqu’en 2010 et son départ pour Manchester City. Il a ensuite été prêté à deux reprises, au Milan AC puis à Liverpool. « Là, c’est une saison un peu spéciale, a-t-il encore reconnu. Ça devrait toujours être comme ça. Je n’ai pas de pression, je travaille bien, comme depuis mon passage à Liverpool en fait. Mais ce sont les buts qui font la différence ».

« A Milan, il y aurait trop de pression sur moi »

Balotelli, qui a défrayé plus d’une fois la chronique dans sa jeunesse, a toutefois assuré que cette période était révolue. « Je me comportais comme un gamin mais je n’ai fait de mal à personne. Et de toute façon, on ne peut pas demander à un gosse de 20 ans de rester sagement à la maison », a-t-il encore déclaré.

Si cela ne se fait pas avec l’Angleterre, un retour en Italie est-il possible ? C’est compliqué, avoue-t-il sans hésiter. « A Milan, il y aurait trop de pression sur moi, comme la dernière fois. J’ai essayé de venir saluer mes anciens coéquipiers il y a quelques semaines mais Marco Fassone (le directeur exécutif) m’a dit que c’était mieux de ne pas le faire », explique-t-il encore.