Nice-Bordeaux: L’ascension folle de Pierre Lees-Melou, «le footballeur le plus heureux du monde»

FOOTBALL Aujourd’hui incontournable à Nice, Pierre Lees-Melou est devenu footballeur pro sur le tard…

Damien Gozioso

— 

Pierre Lees-Melou affronte la Lazio avec Nice. Il y a encore trois ans il luttait face à Bergerac avec l'US Lège-Cap-Ferret.

Pierre Lees-Melou affronte la Lazio avec Nice. Il y a encore trois ans il luttait face à Bergerac avec l'US Lège-Cap-Ferret. — Matteo Ciambelli

  • Pierre Lees-Melou, joueur le plus utilisé de l’effectif niçois, jouait encore en amateur il y a trois ans.
  • Originaire de la région bordelaise, il a été recalé par le centre de formation des Girondins de Bordeaux.
  • Ses copains notamment ceux l’US Lège-Cap-Ferret ne sont pas surpris de le voir réussir aujourd’hui.

Du CFA 2 à la Coupe d’Europe en trois ans, Pierre Lees-Melou vit une ascension éclair. Et plutôt intensément puisqu’il est le joueur le plus utilisé de l’effectif niçois depuis le début de la saison. En 2015, le milieu de terrain (passé entre-temps par Dijon) jouait encore à l’US Lège-Cap-Ferret, « je ne suis pas surpris de voir où il est aujourd’hui, témoigne Jordan Galtier, un ancien coéquipier, mais plutôt à la vitesse à laquelle il y est arrivé ».

>> A lire aussi : Comment le Gym incite ses supporters à venir au stade (sans miser sur les exploits de Balotelli)

Recalé par les Girondins

Parce qu’à cette époque-là, Pierre Lees-Melou a déjà 21 ans et ne pense plus à une carrière pro. « Il croyait ce monde-là inaccessible mais il n’a jamais lâché, confie Chantal, sa mère. Son frère aussi l’a beaucoup poussé à continuer, à soigner ses stats, et je suis fière qu’aujourd’hui il soit récompensé ». Lees-Melou grandit tout près de Bordeaux et fréquente toutes les équipes jeunes des Girondins. Mais en 2009 après deux ans au centre de formation, il n’est pas conservé à la fin de son année en U17. La raison ? Trop petit ! Il fait 1,60 m. Pourtant il n’y aura pas de sentiment de revanche, ce week-end : « Il n’a jamais eu de rancœur envers les Girondins, explique sa mère. Pierre sait ce qu’il doit à chaque club dans lequel il a joué. »

Il continue donc sa carrière en amateur et en parallèle devient animateur à l’école primaire de Lège-Cap-Ferret. Il garde les enfants matin et soir, et entre midi et 14h forcément, il organise des parties de foot. « Il revient à chaque trêve internationale mais comme il tient à voir tout le monde, on l’a peu à la maison, regrette Chantal Lees-Melou. Les gamins le voient à la télé alors quand il passe à l’école, c’est forcément la star ! » Le cliché du footballeur qui n’a pas oublié d’où il vient lui colle à la peau, mais il n’est pas usurpé selon Jordan Galtier : « Il ne se prend pas la tête et c’est grâce à cela qu’il en est là aujourd’hui. Il a bien conscience de vivre un rêve ! Je suis persuadé qu’il est le footballeur le plus heureux du monde aujourd’hui. »

>> A lire aussi : Sauveur de Nice aux tirs aux buts, Yoan Cardinale a arrêté les premiers penaltys de sa carrière

Pierre Lees-Melou manque encore un peu de régularité avec le Gym mais son entraîneur Lucien Favre ne s’inquiète pas. À son sujet il expliquait : « Il a les deux pieds, l’intelligence de jeu… Et puis on sent qu’il a du vécu, avec sa drôle d’histoire. » Une drôle d’histoire à laquelle Pierre Lees-Melou compte bien ajouter encore quelques chapitres.