• Déjà qualifié pour les 16es de finale de Ligue Europa en février, les Lyonnais visent ce jeudi (19 heures) la tête de leur groupe contre l'Atalanta Bergame.
  • La première place leur assurerait d'être tête de série lors des 16es de finale, et ainsi d'être certain d'éviter quelques gros morceaux... mais pas tous.

Assuré de faire partie des 16es de finale en février, l’OL a d’ores et déjà fait le job en Ligue Europa. Mais en cas de meilleur résultat qu’un nul 1-1 (le score du match aller) ce jeudi (19 heures) en Italie contre l’Atalanta Bergame, les Lyonnais finiraient même en tête du groupe E.

Cela serait-il forcément synonyme de bonne nouvelle en vue du tirage au sort du 11 décembre ? Bien sûr que non, même si une première place garantirait à coup sûr un match retour le 22 février au Parc OL, également théâtre de la finale de l’épreuve. Autre assurance qui ne serait pas de trop : les joueurs de Bruno Genesio seraient certains d’éviter des grands noms de cette phase de poules de Ligue Europa comme Arsenal, le Milan AC, la Lazio Rome et Villarreal.

>> A lire aussi : VIDEO. Lopes costaud, Diakhaby un peu perdu, Traoré blessé... L'OL est un vrai Apollon en Ligue Europa

Les exceptions Napoli et Borussia Dortmund

La principale inquiétude pourrait venir des fameux troisièmes de Ligue des champions reversés à l’échelon inférieur. En cas de succès, ou de nul débridé ce jeudi à Reggio Emilia, l’OL ne croisera pas la route des quatre meilleurs troisièmes sur les huit groupes. « On n’a pas le droit de s’arrêter à la qualification, insiste Anthony Lopes. On se doit d’aller chercher la première place pour éviter toutes les têtes de série. »

Une ambition qui se tient, même si le parcours totalement manqué du Borussia Dortmund en Ligue des champions en fait un drôle d’épouvantail dans le chapeau 2, tout comme le Napoli. Mais une belle performance permettrait de ne pas se coltiner l'Atlético de Madrid de Simeone et Griezman, tête de série et forcément parmi les favoris au vu de sa récente régularité en C1 (deux finales, une demie et un quart depuis 2014).

>> A lire aussi : Les Lyonnais vont-ils toujours être en galère face aux défenses regroupées?

Un match qualifié de « déterminant » par JMA

« On sait que quoi qu’il arrive, des matchs difficiles nous attendent, résume Bruno Genesio. Mais finir premiers nous offrirait a priori un tirage plus favorable. » Depuis huit ans et la mise en place de la nouvelle formule de la Ligue Europa, 79 des 128 équipes têtes de série en 16es de finale se sont qualifiées, soit près de 62 %. De quoi pousser Jean-Michel Aulas à carrément qualifier cet Atalanta-OL de « déterminant ».