Stade Rennais: «N’ayons pas peur des mots, c’est une semaine fantastique», estime Sabri Lamouchi

FOOTBALL Les Rouge et Noir ont fait carton plein en Ligue 1...

Jeremy Goujon

— 

Le capitaine rennais Benjamin André fêtant son but de la tête contre Amiens avec le public du Roazhon Park, le 2 décembre 2017.

Le capitaine rennais Benjamin André fêtant son but de la tête contre Amiens avec le public du Roazhon Park, le 2 décembre 2017. — L. Venance / AFP

  • Tombeur d'Amiens à domicile (2-0), le SRFC a remporté sept de ses huit derniers matchs, toutes compétitions confondues.
  • Plusieurs données statistiques viennent souligner la bonne période traversée actuellement par l'équipe de Sabri Lamouchi.

Après son succès samedi soir face au promu Amiens (2-0), et avant les duels Caen-Lyon et Montpellier-Marseille de ce dimanche, le Stade Rennais pointe à la 6e place du classement de Ligue 1. L’occasion de revenir en six chiffres sur la belle passe des Rouge et Noir.

1. Quatre matchs de championnat, trois victoires. Sabri Lamouchi est l’entraîneur ayant réussi le meilleur démarrage sur le banc de touche rennais, depuis la remontée du club breton en première division (1994). Il devance dorénavant Paul Le Guen et Philippe Montanier, qui n’avait pris « que » sept points sur la même durée, lors de leur entame respective (1998 et 2013).

>> A lire aussi: «Je n’arrive pas au Stade Rennais pour tout révolutionner», assure Sabri Lamouchi

« Il n’y a que l’héritage [Christian] Gourcuff. Je n’ai pas choisi un joueur. Je suis satisfait de ce groupe. Le travail a été bien fait avant », a déclaré le technicien franco-tunisien, modeste. À noter également qu’à une semaine près, Rennes n’avait jamais été aussi bien classé depuis un an (5e le 11 décembre 2016).

2. Avant le déplacement à Angers (29 novembre 2017), Benjamin André n’avait inscrit que deux buts avec le SRFC en trois saisons et demie. En l’espace de 72 heures, le milieu de terrain, décisif en Anjou et hier au Roazhon Park, a par conséquent doublé son total de réalisations sous les couleurs rouge et noir.

3. Depuis 1994, jamais le Stade Rennais n’avait remporté trois journées consécutives en sept jours. C’est désormais chose faite après les triomphes contre Nantes (2-1), à Angers (1-2), et donc face à Amiens (2-0). « N’ayons pas peur des mots, c’est une semaine fantastique, réagissait Lamouchi. Gagner le derby, aller gagner à Angers après avoir été menés et malmener Amiens qui était l’équipe en forme du championnat… Je dis "bravo" aux joueurs. »

« Héroïque » selon son coach, le capitaine André était aussi « très content des joueurs. On a prouvé qu’on avait un gros mental. »

4. Comme le nombre d’éléments (re)lancés par Sabri Lamouchi, depuis sa première en L1 à Strasbourg (18 novembre). Longtemps blessé, Edson Mexer a repris place en charnière centrale. À ses côtés, figure Jérémy Gélin (20 ans), lequel a poussé Joris Gnagnon sur le banc - l’autre « axial » régulièrement utilisé, Ramy Bensebaini, étant actuellement en phase de reprise.

>> A lire aussi: Un «JG» peut en cacher un autre au Stade Rennais... Jérémy Gélin parti pour supplanter Joris Gnagnon?

Placardisé sous l’ère Christian Gourcuff (seulement deux rencontres disputées !), Mehdi Zeffane a, lui, détrôné Afonso Figueiredo sur le flanc gauche de la défense, en attendant le retour de Ludovic Baal. Enfin, Adrien Hunou, toujours titulaire avec Lamouchi, a légitimé sa présence en scorant deux fois au cours des quatre dernières sorties.

1+4. Peut-être la « stat’» la plus folle à l’issue de ce week-end, dénichée comme souvent par ROUGE Mémoire. « Depuis 1994, lorsque le Stade Rennais reçoit un novice dans l’élite, il s’impose à tous les coups. Série confirmée lors de la réception d’Amiens (2-0), ce samedi au Roazhon Park [soit 14 succès d’affilée] », écrit ainsi le site consacré à l’histoire du SRFC.

Alors que tout a commencé le 20 mai 1995, et une rouste infligée à Martigues (5-1), le bilan des buts marqués et encaissés est impressionnant : 41 pour, cinq contre. #PasDePitiePourLesDebutants

6. « Je ne suis pas Messi, mais je ne suis pas bidon non plus », affirmait Wahbi Khazri dans les colonnes de L’Équipe, juste avant la venue d’Amiens. L’international tunisien, prêté par Sunderland, a joint le geste à la parole en débloquant la situation face aux Picards.

Son 6e goal avec les Rouge et Noir (Coupe de la Ligue incluse), dont il est le meilleur buteur cette saison. Repositionné avant-centre par Sabri Lamouchi, Khazri savoure. « Ma réussite ? Je touche du bois pour que ça continue. Je prends du plaisir à ce poste, et c’est plus facile quand tu as la confiance de tes partenaires. »