• Pour une fois, le SRFC n’a pas fait dans le social en enfonçant un adversaire angevin bien pâle.
  • Guidé par son porteur de brassard, auteur d’un but (le premier de sa saison) et d’une passe décisive, le club breton gagne une place au classement (8e).

Connu pour relancer les équipes en difficulté, le Stade Rennais a failli à sa réputation ce mercredi, en s’imposant à Angers (1-2).

Quatre jours après sa victoire face au FC Nantes (2-1), la formation de Sabri Lamouchi aligne ainsi un deuxième succès consécutif, le cinquième sur les six dernières journées de Ligue 1. De son côté, le SCO, qui n’a toujours pas gagné à domicile cette saison, plonge dans la zone de relégation (19e).

Toko Ekambi, trop seul pour faire la différence. Alors que l’arbitre venait de refuser un but a priori valable au Rennais Faitout Maouassa, titulaire à la place de Yoann Gourcuff (lire plus loin), c’est finalement Angers qui ouvrait le score, au cours d’une triste première mi-temps.

Sur un corner rentrant d’Angelo Fulgini, Karl Toko-Ekambi coupait la trajectoire et trompait Tomáš Koubek, pas aidé sur ce coup-là par un Benjamin Bourigeaud ayant déserté le premier poteau pour tenter de contrer l’international camerounais (1-0, 37e). « Il n’y a pas de soutien offensivement, mais ce n’est pas grave », déclarait l’avant-centre Toko Ekambi à la pause, signe d’une certaine frilosité angevine…

Une histoire de coups de pied arrêtés. Déjà buteur à Strasbourg (2-1, le 18 novembre), Adrien Hunou, toujours titularisé depuis la prise de fonctions de Sabri Lamouchi, a récidivé en Anjou. À la suite, là encore, d’un corner (sortant cette fois, botté par Wahbi Khazri), le milieu offensif du SRFC profitait d’une déviation de la tête de son capitaine Benjamin André pour remettre les Rouge et Noir sur de bons rails, dès le début de la seconde période (1-1, 51e).

Pour son 200e match en L1, André offrait ensuite les trois points aux siens, en reprenant de près un coup franc de Bourigeaud (1-2, 84e). « C’était un match assez fermé, il n’y a pas eu beaucoup d’occasions dans le jeu des deux côtés, réagissait l’homme providentiel rennais à la fin de la rencontre. On a prouvé qu’on pouvait marquer sur coups de pied arrêtés. »

Même onze (ou presque), même résultat. Gourcuff laissé au repos, Lamouchi avait décidé de n’effectuer qu’un seul changement (Maouassa, donc) par rapport à la formation victorieuse le week-end dernier.

>> A lire aussi: Un «JG» peut en cacher un autre au Stade Rennais... Jérémy Gélin parti pour supplanter Joris Gnagnon?

En maintenant sa confiance à Jérémy Gélin dans l’axe de la défense, l’entraîneur franco-tunisien a ainsi installé Joris Gnagnon (entré en jeu à la 86e minute) pour la troisième fois de suite sur le banc de touche. En sera-t-il encore de même pour la réception du promu Amiens (actuellement en pleine bourre), samedi soir au Roazhon Park (20 heures) ?