• Après neuf journées de Ligue 1, les Lyonnais étaient bien partis pour prouver une nouvelle fois leur fragilité quasi-chronique derrière.
  • Une spirale négative stoppée de manière spectaculaire depuis avec cinq matchs consécutifs sans le moindre but encaissé par Anthony Lopes.

Avec cet OL-là, il est décidément délicat de ne pas dire tout et son contraire à quelques semaines d’intervalle. Plus inquiétante que jamais après avoir encaissé 15 buts lors des 9 premières journées de Ligue 1 (pire série depuis 1989), la défense lyonnaise a ainsi inversé la tendance au point de lancer une autre série, avec cinq clean sheets de rang depuis un mois et un large succès à Troyes (0-5).

>> A lire aussi : Lyon: «A l’époque, notre défense faisait peur aux adversaires»... L’OL a-t-il déjà été à ce point flippant derrière?

Dans un club à la fragilité tenace, il faut tout de même remonter à mars 2010 pour trouver trace de pareille performance. Titularisé à deux reprises sur cette période à la place de Jérémy Morel, Mouctar Diakhaby a livré une explication assez pertinente dimanche après le nul (0-0) contre Montpellier.

« On avait l’habitude de plutôt défendre à cinq ou à six »

« Par rapport à l’année dernière, tout le monde se met à défendre, du premier attaquant au dernier défenseur, indique l’international Espoirs. La saison passée, on avait l’habitude de plutôt défendre à cinq ou à six. Là, les ailiers font les efforts et ça va mieux. » Parmi ces ailiers pointés du doigt, Mathieu Valbuena et Rachid Ghezzal n’ont jamais été des références concernant le replacement défensif.

Si Bertrand Traoré et Mariano Diaz ont vite montré de meilleures intentions dans ce domaine depuis leur arrivée, Memphis Depay incarne cette métamorphose actuelle de l’OL en étant bien plus investi depuis un mois. Passés de la 16e à la 7e défense de Ligue 1, les hommes de Bruno Genesio, qui affrontent l’Apollon Limassol jeudi (21h05) en Ligue Europa, vont devoir confirmer leurs progrès contre des attaques plus performantes que celles de Troyes, Metz, Everton, Saint-Etienne et Montpellier.

>> A lire aussi : Memphis Depay rappelle qu’il n’a pas été recruté par l’OL «pour jouer simple et défendre»

Moins de trois tirs cadrés concédés en moyenne lors des cinq derniers matchs

Lors de ces cinq dernières rencontres, Anthony Lopes a subi en moyenne moins de trois tirs cadrés. « Durant l’intersaison, on savait qu’on avait un potentiel offensif très intéressant donc on a beaucoup insisté sur le travail défensif », confie Lucas Tousart. Reste à savoir ans quel sens penchera la prochaine série lyonnaise.