«Il faut refonder le monde du foot»... Après le choc, le ministre italien des Sports appelle à une révolution

FOOTBALL Un grand chantier s'ouvre en Italie au lendemain de la non-qualification de la Squadra azzura au Mondial 2018...

A.L.G. avec AFP

— 

L'Italie est à terre, elle ne verra pas le Mondial russe en 2018.

L'Italie est à terre, elle ne verra pas le Mondial russe en 2018. — Miguel MEDINA / AFP

Passés le choc et la déception, l’Italie s’est réveillée mardi résignée à l’idée que la Coupe du monde de football l’été prochain en Russie se jouera sans elle, pour la première fois depuis 60 ans.

L'« apocalypse », « la honte » : la presse titrait à l’unisson sur l’immense déception d’une élimination et sur « le saut en arrière » de son équipe quadruple championne du monde, dont le dernier sacre remonte à seulement 11 ans. Des piliers historiques de la Squadra Azzurra,« Gigi » Buffon et ses 20 ans de sélection en tête, ont annoncé lundi soir leur retraite internationale, mais face au désastre, d’autres têtes vont tomber.

Refondation

Dans les rues, dans les médias et sur les réseaux sociaux, les critiques fusent en effet contre le sélectionneur Gian Piero Ventura, mais aussi contre le président de la fédération (FIGC), Carlo Tavecchio. « A sa place, moi je donnerais ma démission », a déclaré Giovanni Malago, président du Comité olympique italien (Coni), qui chapeaute toutes les fédérations sportives italiennes.

La Fédé a pour l’instant annoncé une réunion mercredi à Rome pour « faire une analyse approfondie et décider des choix à venir ». « Il est clair qu’il faut refonder le monde du foot », a déclaré le ministre italien des Sports, Lucca Lotti, en rappelant que malgré des Euros 2012 et 2016 convaincants, l’Italie avait été sortie en phase de poules des deux derniers Mondiaux.

>> A lire aussi : Pour la première fois depuis 1958, l’Italie, battue par la Suède, ne participera pas au Mondial