New York, MLS, jets privés, Pirlo… Vincent Bezecourt vit son rêve américain

FOOTBALL Parti au États-Unis pour les études, il a réalisé son rêve de venir joueur professionnel cette saison…

Clément Carpentier

— 

Vincent Bezecourt sous le maillot des New York Red Bulls.

Vincent Bezecourt sous le maillot des New York Red Bulls. — Vincent Bezecourt

  • À 21 ans, il débarque aux États-Unis avec une bourse sportive pour continuer ses études.
  • Alors qu’il recherche du travail, Vincent Bezecourt est recruté par les New York Red Bulls.
  • Devenu pro, le petit Landais espère poursuivre sa carrière aux USA

Dans les prochaines heures, Vincent Bezecourt jouera une partie de son avenir. Ce jeudi, le jeune homme, originaire d’Aire-sur-Adour dans les Landes, rencontre les dirigeants des New York Red Bulls pour savoir si le club de MLS (championnat américain) compte le garder dans son effectif la saison prochaine. Il espère poursuivre le rêve américain (version foot) qu’il vit depuis quelques mois.

>> A lire aussi : MLS: David Beckham l’Américain va enfin pouvoir créer son équipe de foot à Miami

Une bourse sportive pour réaliser son rêve de gamin 

Pourtant, ce n’était pas gagné au départ. « Je jouais en CFA avec Villenave d’Ornon près de Bordeaux. Je venais aussi d’être champion du monde universitaire avec la France et puis, j’ai obtenu une bourse sportive », raconte au téléphone à des milliers de kilomètres celui qui a fréquenté le sport-études de Mérignac dans sa jeunesse.

En août 2017, il débarque à 21 ans à « Big Apple » avec une licence pro de management du Sport en poche et son rêve dans un coin de sa tête. Mais, les premiers mois sont rudes : « Je ne parlais pas beaucoup anglais. On dormait à quatre dans une chambre. Heureusement, mon équipe de football m’a très bien accueilli. » Il obtient en deux ans son bachelor à l’université de Saint Francis College Brooklyn.

>> A lire aussi : Drogba signe en D2 Américaine et veut faire de Phoenix une franchise de MLS

Un coup de téléphone tombé du ciel

Se pose alors la question de son retour en France. Mais très rapidement, Vincent Bezecourt décide de rester à New York pour « passer des entretiens grâce à son visa de travail. » Côté football, rien de nouveau jusqu’à ce jour de décembre 2015 : « J’ai reçu un appel des Red Bulls pour venir faire un test. C’était une grande surprise pour moi. » Direction la Floride pendant un mois avec l’équipe professionnelle. Le rêve prend forme.

Le Landais, Vincent Bezecourt à l'entraînement.
Le Landais, Vincent Bezecourt à l'entraînement. - Vincent Bezecourt

Finalement, le mileu de terrain intègre l’équipe réserve du club de MLS (Major League Soccer). Malgré un titre de champion cette année-là, rien ne bouge pour lui. Il commence une seconde saison, celle de la « dernière chance. Dans ma tête, je n’avais rien à perdre. » Il faut dire que ce n’est pas facile de se faire sa place avec un quota de huit joueurs étrangers à respecter par club dans le championnat américain.

Vincent Bezecourt a disputé les playoffs de la MLS cette saison.
Vincent Bezecourt a disputé les playoffs de la MLS cette saison. - Vincent Bezecourt

>> A lire aussi : Snif… Andrea Pirlo a joué le dernier match de sa carrière, et il va beaucoup nous manquer

Pirlo, Villa ou Schweinsteiger en face de lui 

Mais décidément, Vincent Bezecourt a une bonne étoile et surtout quelques qualités. Le dernier jour du mercato, le 11 août dernier, les New York Red Bulls lui proposent un contrat pro avec l’équipe première : « C’était un petit rêve d’accompli. Une semaine plus tard, j’ai fait mon premier match à Portland. » Et tout s’accélère pour lui. En quelques semaines, ils affrontent des grands noms du ballon rond tels qu’Andrea Pirlo, David Villa, Bastian Schweinsteiger ou encore Giovinco, il y a quelques jours en playoffs.

Il découvre surtout un nouveau monde avec « jets privés, hôtels de luxe et des conditions exceptionnels pour un joueur. On n’a rien à envier aux clubs européens. C’est top! » S’il reconnaît que « ça fait bizarre au début », Vincent Bezecourt « espère maintenant que sa carrière durera le plus longtemps possible » car il est bien conscient que les rêves peuvent parfois s’arrêter soudainement…

>> A lire aussi : Espagne: Exilé en MLS, David Villa fait son retour avec la Roja, trois ans après sa dernière sélection

Vincent Bezecourt signe maintenant régulièrement des autographes.
Vincent Bezecourt signe maintenant régulièrement des autographes. - Vincent Bezecourt