• Les journalistes Benjamin Keltz et Owen Gourdin ont rédigé le «manuel officieux» des supporters du Stade Rennais.
  • Ils y décryptent notamment l'histoire du supportérisme local, et publient le dictionnaire de l’aficionado rouge et noir.

Après Supporters du Stade Rennais : 100 ans de passion Route de Lorient en 2012, le journaliste et fondateur des Éditions du coin de la rue, Benjamin Keltz, signe un nouvel ouvrage sur son club favori. « On ne va pas se cacher derrière l’objectivité journalistique, nous, auteurs, avons le SRFC chevillé au cœur », prévient ainsi notre interlocuteur.

Co-écrit avec Owen Gourdin, Supporters du Stade Rennais, le manuel officieux « compile tout le nécessaire pour supporter (dans tous les sens du terme) les Rouge et Noir, et même plus ». Avant la publication de son « bébé » le 4 novembre (*), Keltz offre une mise en bouche à 20 Minutes.

Vous proposez aux lecteurs de considérer le livre comme une « bible », un « manifeste », ou un « guide de survie ». En ce qui vous concerne, quel terme choisiriez-vous ?

Ce serait réducteur de qualifier l’ouvrage de « guide de survie », mais c’est plus dans cet état d’esprit, effectivement, qu’on l’a écrit. Il y a cinq ans, c’était plus un plaidoyer pour les supporters. On était dans un moment où on se moquait des fans du Stade Rennais, on disait que c’était un public froid, etc. J’avais envie de comprendre la passion générée par le club. Là, le bouquin arrive plus dans un moment où il y a un ras-le-bol des supporters. L’idée est donc d’essayer de comprendre pourquoi on continue, encore et encore, à dire : « Cette année, c’est peut-être la bonne »… alors que ce n’est jamais la bonne pour nous (sourire). On n’a pas connu l’extase depuis 1971 [année de la deuxième victoire en Coupe de France]…

>> A lire aussi: Les supporters du Stade Rennais ont-ils raison de demander la démission de Christian Gourcuff?

Vous établissez « les 15 commandements du fan » rouge et noir. Quel est votre préféré ?

J’aime bien « Shakespeare, tu maîtriseras », parce qu’au Stade Rennais, on est dans la tragédie la plus totale depuis une quinzaine d’années. Dans le bouquin, on rappelle de mauvais souvenirs : Fauvergue [le Lillois qui priva Rennes de Ligue des champions], 2009 [première finale face à Guingamp], 2012 [demi-finale contre Quevilly], toutes les Coupes de France qu’on perd… Le SRFC, c’est : « Tu crois que ça va marcher », « C’est bon, on va y arriver », « On est sur le trône », « On va gagner »… et puis, patatras, tout s’effondre.

>> A lire aussi: VIDEO. «C’est nous qu’on devait la gagner»... On a retrouvé le supporter dépité après le Rennes-Guingamp de 2009

Parmi les 100 joueurs que vous avez listés, quel est celui qui vous a le plus fait rêver ?

Il y a les plus belles stars, mais aussi ceux qui ont marqué le club autrement que par leur talent footballistique. On est toujours dans un esprit tendre et taquin, c’est-à-dire qu’il s’agissait d’écrire sérieusement, mais avec le sourire. Cependant, si on demande mon avis, je dirai Shabani Nonda. Pourtant, ce n’est certainement pas le plus grand attaquant qu’on ait eu. Si je pose la question à notre archiviste, Vincent Lefeuvre, il va me dire Laurent Pokou. Mais Nonda, j’étais gamin, et il m’a marqué.

>> A lire aussi: «Tu aurais dû naître Brésilien», quand Pelé rendait hommage à l'ancienne star du Stade Rennais, Laurent Pokou

Vous avez également compilé 20 matchs importants de l’histoire du Stade Rennais, « pour le meilleur et pour le pire ». Lequel souhaitez-vous évoquer ?

Je vais en ressortir un que je n’ai pas vécu, mais qui m’a marqué en faisant les recherches : c’est un Rennes-Le Havre en D2 [le 20 octobre 1979]. Ça rappelle à certains qu’on a connu « l’enfer de la D2 » : des matchs qui se jouaient devant 1.000 spectateurs, ça existait à Rennes il n’y a pas si longtemps que ça. Pour celui-ci, il y avait, de mémoire, 10.000 personnes [un peu moins], et le Stade Rennais était encore mené 1-3 à l’heure de jeu [le HAC menait 0-3 au bout de 37 minutes]. Finalement, il renverse la donne, le public est survolté, et on termine à 4-3, victoire à la dernière seconde !

Et quid du but qui vous revient instantanément en tête, parmi les 20, aussi, que vous avez sélectionnés ?

Monterrubio qui déborde et centre pour Frei, reprise de volée et but contre Osasuna [15 septembre 2005, en Coupe UEFA]. C’était la belle époque, où le Stade Rennais aurait peut-être dû faire mieux que 4e [en 2005 et 2007]. Ce but-là incarne ce qu’on ne voit plus depuis trop longtemps, malheureusement, à Rennes, à savoir du génie...

(*) La librairie Le Failler (8-14 rue Saint-Georges à Rennes) invite à une rencontre et une dédicace de Benjamin Keltz et Owen Gourdin, le samedi 4 novembre, de 15 h à 18 h.