• Ce dimanche, à Strasbourg, Cyril a dû enlever son maillot et son pantalon aux couleurs de l’OM pour assister au match, à la Meinau.
  • Il évoque une « humiliation » et envisage de porter plainte. Le club dit avoir réagi en urgence, avec la préfecture, aux échauffourées d’avant-match.

EDIT : La préfecture du Bas-Rhin nous a transmis ses précisions à propos de l’arrêté vers 18h, ce lundi. Elles ont été ajoutées peu après à l’article.

Voir un supporter torse nu : rien de plus commun dans un stade de foot. Un fan qui tombe le bas, en revanche, c’est plus rare. Cyril, 21 ans, supporter alsacien de l’OM qui vit à Mulhouse, a été forcé de se déshabiller pour assister au match Strasbourg-OM, ce dimanche, à la Meinau.

>> A lire aussi : VIDEO. Strasbourg-Marseille: Le résumé et les six buts de ce match de dingues à la Meinau (3-3)

« Je portais un survêt de l’OM et un maillot, raconte Cyril à 20 Minutes. Les stadiers m’ont dit qu’il y avait un arrêté préfectoral. Je suis allé me changer dans la voiture, j’ai pris ce que j’avais : un pull que j’ai noué autour de la taille comme une jupe, et une doudoune que je portais torse nu. »

« Humiliation »

« C’était une vraie humiliation, si on n’a plus le droit de supporter son équipe, ce n’est plus du football », s’agace-t-il. Cyril, qui vit dans le sud de l’Alsace, a déjà assisté à des matches de l’OM dans sa région, à Sochaux notamment, sans que cela ne pose de problème. Et il est particulièrement agacé car il n’a trouvé aucune trace d’un hypothétique arrêté préfectoral. « Si ça se confirme et qu’il n’y en avait pas, je pense que je vais porter plainte, en tout cas, je ferai ce qu’il faut », assure-t-il.

>> A lire aussi : Marseille: Voilà pourquoi l'affaire VA-OM est quasi absente de l'expo foot du Mucem

Cyril dit ne pas avoir réussi à trouver de place en parcage, la zone réservée aux supporters marseillais : « Les groupes ne donnaient de places qu’aux supporters qui sont abonnés en virage, au Vélodrome. » Il était placé juste en dessous, dans une zone où, selon Cyril, « il y avait au moins 150 personnes qui étaient pour l’OM ». Tout s’est bien passé avec les supporters strasbourgeois présents, dit-il : « Quand je vais voir un match, c’est par passion, pas pour me battre ». Aucun incident n’a d’ailleurs éclaté pendant le match.

Pas d’arrêté mais des mesures de dernière minute

Néanmoins, en amont de la rencontre, le Racing club de Strasbourg explique avoir seulement alerté sur ce point les supporters marseillais en dehors du parcage. En leur conseillant de ne pas exhiber leurs couleurs, « pour faire attention et éviter les provocations », dixit Romain Giraud, secrétaire général du club.

La préfecture du Bas-Rhin, pour sa part, confirme qu’un arrêté a bien été pris le 11 octobre 2017 afin d’interdire « à toute personne se prévalant de la qualité de supporter de l’OM d’accéder au stade hors escorte policière », selon une précision transmise à 20 Minutes ce lundi en fin d’après-midi.

« Pour protéger les supporters de l’OM qui se présentaient spontanément avec tous les attributs classiques (maillots, écharpes, peintures etc.) et qui auraient souhaité entrer au stade hors de la tribune qui leur était réservée, il leur était systématiquement conseillé soit de rejoindre l’espace supporters de l’OM, soit de se départir de leurs signes distinctifs », détaille la préfecture.

Un arrêté finalement encore un peu plus drastiquement respecté après les échauffourées aux abords du stade avant le match, avec les provocations de quelques Marseillais, d’après les explications du club strasbourgeois.

« Avec ces événements, on a décidé en urgence, et en accord avec la préfecture et la police, d’accentuer les mesures de sécurité et de leur demander d’enlever leurs tenues aux couleurs de l’OM à l’entrée, précise Romain Giraud. On leur a proposé de les masquer dans la mesure du possible. Quand ils sont arrivés habillés ainsi de la tête au pied, on leur a dit de trouver une autre solution. Mais on n’a refusé personne à l’entrée du stade ! » Même si certains sont donc rentrés en petite tenue.