• Dans un duel du dimanche soir à forte intensité, les Strasbourgeois et les Marseillais ont à tour de rôle été en position de l'emporter.
  • Avec ce nul au scénario un peu dingue, les Olympiens sont quatrièmes tandis que les Alsaciens sont 18es.

Les supporters strasbourgeois attendaient avec impatience ce premier choc à la Meinau depuis leur retour en Ligue 1. Ils n’ont pas été déçus. Ni par le bruyant duel en tribunes, ni par la forte intensité sur la pelouse. Peut-être un peu plus par le résultat.

>> A lire aussi : Ligue 1: Revivez le match nul de déglingos entre Strasbourg et l'OM (3-3)

Car les Alsaciens, un brin intimidés par les Marseillais à l’entame, et même menés par deux fois, ont finalement su prendre la mesure de leurs adversaires avant de les voir revenir dans les tout derniers instants (3-3). Haletant !

Un record pour Mandanda. Titularisé sans surprise dans la capitale alsacienne, le portier de l’OM arrivé en 2007 à 22 ans (et parti une seule petite saison à Crystal Palace l’an dernier) a ainsi battu ce week-end un record vieux de quasiment 60 ans. Du haut de ses 453 matches officiels désormais disputés, Steve Mandanda est devenu, à 32 ans, le Marseillais le plus utilisé de l’histoire de l’OM. En encaissant trois buts, tout de même.

Un Racing à réaction. Vainqueurs de Lille à domicile en août, les Strasbourgeois ne se sont pas facilité la tâche contre Marseille, un autre cador. Apathiques à chaque entame de mi-temps, toutes deux vite ponctuées par des buts de Dimitri Payet (5e) et Morgan Sanson (48e), les Alsaciens, de plus en plus pressants, ont néanmoins su réagir. Après les égalisations de Jean-Eudes Aholou (31e) puis Bakary Koné (60e), ils ont même pris l’avantage par Dimitri Liénard (74e). Un temps, seulement…

>> A lire aussi : OM: «Ce n’est pas un bûcheron!» Excellent avec la Grèce, Mitroglou va envoyer du bois en Ligue 1

Mitroglou, première. En forme avec la sélection grecque, l’attaquant marseillais recruté cet été a été titularisé pour la première fois en Ligue 1. Pas pour rien ! Remuant mais pas toujours précis, c’est finalement lui qui a offert l’égalisation finale à sa formation, en position de renard juste avant la fin du temps réglementaire (88e). Pas de quoi permettre à l’OM, comme à Strasbourg, une plus belle remontée au classement, où les deux clubs sont respectivement 4e et 18e.