Ligue 1: Au fait, pourquoi l'OL n'entretient-il pas plus une rivalité avec Monaco qu'avec le PSG?

FOOTBALL Les Lyonnais affrontent ce vendredi (20h45) l’AS Monaco, qui les devancent déjà de six points en Ligue 1...

Jérémy Laugier

— 

L’électrique match du 18 décembre 2016 à Louis II ne semble qu’un lointain souvenir entre Monégasques et Lyonnais.

L’électrique match du 18 décembre 2016 à Louis II ne semble qu’un lointain souvenir entre Monégasques et Lyonnais. — V. Hache / AFP

  • Seulement 8e en Ligue 1, l’OL joue déjà gros ce vendredi (20h45) en accueillant les Monégasques au Parc OL.
  • Un choc qui ne s’annonce pas avec un réel esprit de rivalité, les principales attaques du club lyonnais visant le PSG depuis quelques mois.

De coriaces rivalités sont déjà nées pour moins que ça. Le 18 décembre 2016, le succès lyonnais (1-3) à Louis II avait été marqué par des pétages de plomb de Mendy sur Tolisso, de Subasic et Glik sur Valbuena puis par une sortie médiatique aussi rare que tranchante de Vadim Vasilyev.

« Je vais dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas : L’OL est favorisé par l’arbitrage », lâchait alors le vice-président de l’AS Monaco. Dix mois plus tard, ce choc de Ligue 1, qui a lieu ce vendredi (20h45) au Parc OL, s’annonce pourtant sans véritable animosité.

« Tout est toujours relativement calme là-bas »

Pourquoi le club lyonnais et son président mettent-ils donc autant d’énergie à tacler le PSG depuis de longs mois alors que l’éventuelle lutte pour la deuxième place espérée devrait sans doute se jouer avec l’ASM ? « Le président Aulas combat de manière abrupte mais cohérente un fonctionnement de club à Paris, indique l’ancien attaquant lyonnais Sidney Govou. Avec Monaco, la donne est différente. Tout est toujours relativement calme là-bas donc la tournure des événements contre Lyon l’an passé m’avait surpris. »

Aucune polémique n’avait d’ailleurs éclaté lors du match retour remporté par les Monégasques (1-2). En juillet, JMA a tout de même pointé les fameux « avantages fiscaux » de l’ASM. « S’il estimait que ce combat valait vraiment le coup, il en parlerait tous les jours, croyez-moi », sourit Sidney Govou.

« Unir leurs forces pour embêter au maximum le PSG »

« Les Parisiens sont tellement dans une autre sphère que ça ne m’étonne pas de voir des clubs les attaquer ainsi, estime Frédéric Piquionne, ex-joueur de Monaco puis de l’OL. Ils devraient même unir leurs forces pour embêter au maximum le PSG. » Pour Govou, Lyon fait surtout fausse route en se cherchant une rivalité.

« Personne ne peut lutter contre Paris donc concentrons-nous déjà sur nous-même. Aujourd’hui, Lyon est 8e [à six points de Monaco, actuel dauphin du PSG] et il y a du monde devant en L1. On ne peut pas perdre autant de joueurs et attaquer la saison en annonçant vouloir gagner la Ligue Europa et finir deuxièmes en championnat. »

>> A lire aussi : Ligue 1: «Neymar n’arrivera pas à concurrencer Cavani au classement des buteurs», estime Sidney Govou