France-Biélorussie: «On ne maîtrise pas tout, je le reconnais», Deschamps réagit aux critiques sur le jeu des Bleus

FOOTBALL Pour le sélectionneur, les Bleus commencent toujours les matchs avec de bonnes intentions…

A.H.

— 

Attention, Didier Deschamps ne proteste pas contre les propos de Donald Trump.

Attention, Didier Deschamps ne proteste pas contre les propos de Donald Trump. — C. Saidi / AP / SIpa

  • Vainqueurs en Bulgarie, les Bleus n’ont pas été convaincants dans le jeu.
  • Didier Deschamps pointe le manque d’expérience de ses troupes.
  • Une victoire face à la Biélorussie mardi enverra les Français à la Coupe du monde.

C’était le match piège par excellence. Mais, dès la troisième minute de jeu, samedi en Bulgarie, Blaise Matuidi a calmé les ardeurs bulgares, soigné nos petits cœurs et rendu un grand service aux Bleus qui dépendent d’eux-mêmes pour se qualifier pour la Coupe du monde 2018, en Russie. Cela passe par une victoire contre la Biélorussie, mardi, au Stade de France. Mais au-delà du succès, les Bleus doivent aussi montrer un bien meilleur visage que celui affiché à Sofia, où les velléités offensives se sont, peu ou prou, arrêtées après le but du milieu de terrain de la Juventus Turin.

>> A lire aussi : Avec 42 victoires à la tête des Bleus, Deschamps fait péter le record du nombre de succès en équipe de France

« La meilleure façon de gagner des matchs, c’est d’avoir la manière et la maîtrise, a indiqué Didier Deschamps en conférence de presse, ce lundi. Mais parfois, on fait des bons matchs et on ne gagne pas. On ne maîtrise pas tout, je le reconnais. Mais je pars avec toujours les mêmes intentions, je ne demande pas à mon équipe d’attendre et de voir ce qu’il se passe. Les intentions sont toujours d’être le plus fluide possible, d’avoir le ballon, de maîtriser. »

Les Bleus conscients du problème

Le sélectionneur des Bleus, comme il le dit lui-même, ne se « voile pas la face », mais a quand même quelques arguments pour expliquer ce déchet dans le jeu : « Sur les onze joueurs qui ont débuté en Bulgarie, sept ont tout au plus dix sélections. Ça fait partie de l’apprentissage. Ce n’est pas en claquant des doigts qu’on a de l’expérience internationale. Pour tous les joueurs qui ont participé à ce match, ça va leur servir. »

Le fameux précepte, « l’important, c’est les trois points », pourrait être affiché au-dessus du lit du sélectionneur tellement il encadre les matchs de l’équipe de France depuis quelques mois. Heureusement, les tricolores en sont conscients, et c’est bien le principal. « Le premier objectif c’est de gagner. Si on peut mettre la manière, il faut le faire. On a conscience qu'il n'y avait pas la manière en Bulgarie, que tout n’est parfait », a réagi le capitaine Hugo Lloris. Mais peu importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse, à savoir une qualification pour le Mondial en Russie.