Coupe du monde 2018: Une ONG dénonce l'exploitation des ouvriers impliqués dans la construction des stades

FOOTBALL L'ONG internationale Human Rights Watch estime que les ouvriers chargés de la construction des stades du Mondial 2018 sont victimes d'abus et d'exploitation...

W.P., avec AFP

— 

Un stade en construction à Samara, en Russie

Un stade en construction à Samara, en Russie — CHINE NOUVELLE/SIPA

  • La Russie accueillera la Coupe du monde en 2018
  • L'ONG HRW dénonce l'exploitation d'ouvriers sur les chantiers des stades du Mondial

Les Coupes du monde défilent et rien ne change vraiment pour les ouvriers en charge de la construction des stades. L’ONG internationale Human Rights Watch (HRW) a condamné les conditions de travail des ouvriers sur les chantiers du Mondial 2018 en Russie.

« Les ouvriers construisant les stades de la Coupe du monde sont victimes d’abus et d’exploitation et la Fifa n’a pas encore montré qu’elle peut efficacement surveiller, empêcher et remédier à ces problèmes », dénonce Jane Buchanan, directrice de HRW pour l’Europe et l’Asie centrale.

Dix-sept travailleurs décédés sur les chantiers des stades du Mondial

HRW dit avoir visité sept chantiers de stades accueillant le Mondial et constaté des irrégularités sur six d’entre eux, notamment des « salaires non payés ou des retards de salaires de plusieurs mois, du travail par des températures descendant à -25° Celsius sans protections suffisantes ou l’incapacité des employeurs à fournir des contrats de travail légaux » aux ouvriers.

« Les travailleurs interrogés par Human Rights Watch ont invariablement dit qu’ils avaient peur de parler de ces abus, craignant des représailles de leurs employeurs », ajoute l’organisation. Human Rights Watch, qui cite les chiffres de l’Internationale des travailleurs du bâtiment et du bois (IBB), précise que 17 ouvriers sont décédés sur les chantiers des stades de la Coupe du Monde.

>> A lire aussi : Mondial 2022: Premier mort officiel sur les chantiers des nouveaux stades

Des travailleurs nord-coréens au manque de transparence de la FIFA

HRW dénonce aussi « les rapports crédibles » concernant l’emploi d’ouvriers nord-coréens « travaillant de longues journées avec peu de jours de congé » sur le chantier du stade de Saint-Pétersbourg.

La Fifa avait déclaré récemment que plus aucun ouvrier nord-coréen ne travaillait sur le chantier du Saint-Pétersbourg mais « n’a rendu publique aucune information sur les mesures prises pour protéger ou aider ces travailleurs », regrette HRW.