Dortmund: «J'ai toujours peur dans le bus»... Kagawa reste marqué par l'attaque du 11 avril

FOOTBALL Le milieu offensif japonais du Borussia Dortmund raconte le cauchemar qu'il a vécu la veille du match contre Monaco...

W.P., avec AFP

— 

Kagawa et les joueurs du Borussia, après l'attaque contre le bus du club, le 11 avril 2017

Kagawa et les joueurs du Borussia, après l'attaque contre le bus du club, le 11 avril 2017 — PATRIK STOLLARZ / AFP

Près d’un mois et demi après l’attaque du bus du Borussia Dortmund, Shinji Kagawa n’oublie pas. Bien au contraire, il en porte toujours les stigmates. « J’ai eu peur, et, pour être honnête, j’ai toujours peur », a déclaré l’attaquant japonais du Borussia sur son blog. « J’ai toujours peur de monter dans le bus [de l’équipe], d’aller aux matches ».

>> A lire aussi : Explosion à Dortmund: L’auteur présumé de l’attaque arrêté, il voulait s’enrichir en attaquant le club

Kagawa était, avec ses coéquipiers, dans le bus de l’équipe allemande lorsque les vitres de celui-ci ont été soufflées par l’explosion de trois bombes dissimulées dans un buisson à proximité. « A ce moment-là, je ne pouvais plus parler, ni bouger, j’étais pétrifié », se souvient Kagawa sur son blog en japonais. « Comme tout le monde, j’étais complètement secoué ».

« Cette nuit-là, j’ai essayé, mais je n’ai pas pu dormir »

« Dans ma tête, il n’y avait que les scènes du bus et les pensées de la détonation infernale », poursuit le joueur de 28 ans. Et de reprendre : « lorsque nous avons appris que le match allait avoir lieu le lendemain, il était alors inimaginable que je puisse, ou que qui que ce soit d’autre, puisse le jouer », continue Kagawa. « Cette nuit-là, j’ai essayé, mais je n’ai pas pu dormir. A un moment donné, dans un demi-sommeil, j’ai fait un rêve : il y avait des scènes du bus, la détonation, le verre brisé ».

Le défenseur et coéquipier de Kagawa, Marc Bartra, avait eu un poignet fracturé dans cet attentat, ce qui avait nécessité une opération le lendemain. C’est le seul joueur à avoir été touché physiquement par l’explosion ce soir-là.