OM: «Mes parents me rappellent que six mois en arrière je jouais en CFA», Maxime Lopez ne s'enflamme pas

FOOTBALL Maxime Lopez fait le bilan de sa première saison en pro...

A.L.G. avec AFP

— 

Do you know Maxime Lopez, the French Iniesta ?

Do you know Maxime Lopez, the French Iniesta ? — C. Saidi / SIPA

Révélation de la saison à l’OM, le minot de Marseille, Maxime Lopez, réalise un parcours plutôt sympa pour sa première saison parmi les pros. Alors qu’il va se battre samedi (Marseille-Bastia à 20h45) pour arracher la cinquième place de Ligue 1 synonyme de qualification en Ligue Europa, le milieu de terrain olympien a accordé une interview à l’AFP. On a gardé pour vous les passages les plus intéressants.

  • Un cas de conscience en début de saison

« Honnêtement avant la préparation estivale j’étais presque en train de me dire : "Est-ce qu’il ne faut pas que je me fasse prêter ?" La saison dernière j’avais figuré dans le groupe, mais jamais joué. Mais comme la préparation se passait bien, à l’entraînement et sur le terrain, je me suis dit que mon heure allait arriver. Le coach Passi m’a fait entrer à Guingamp (défaite 2-1) dès la 2e journée, je ne m’y attendais pas, puis j’ai eu la chance que le coach Garcia arrive, et j’ai continué à jouer. »

  • La famille et les pieds sur terre

« Je ne vais pas m’enflammer. A nous les jeunes joueurs de garder les pieds sur terre. Mon entourage est là, mon père, mon frère [Julien, attaquant de Marseille Consolat, en National, ndlr], qui sont football à fond comme moi, sont là tous les jours pour me rappeler que six mois en arrière je jouais en CFA. »

  • Les leçons tactiques du professeur Garcia

« J’apprends tous les jours avec le coach Garcia, notamment sur le plan tactique, il y a des choses auxquelles je n’aurais jamais pensé jeune. Comme le marquage préventif : dès qu’on attaque, il faut penser à charger un joueur, parce que si on perd la balle je peux être devant. Par exemple sur le deuxième but contre Nice, j’anticipe en me plaçant devant Belhanda, Seri lui fait la passe et grâce à ça on peut marquer, des petits détails sur lesquels il insiste beaucoup, mais dans ce cas ça fait 99 % de l’action. »