Paris 2024: «Vous savez quoi? Tout va bien!», le comité parisien plus que satisfait de sa présentation

JEUX OLYMPIQUES Le co-président de Paris 2024 n'a pas caché sa joie à l'issue de la visite de la commission d'évaluation du CIO...

N.C.

— 

Tony Estanguet, le co-président de Paris 2024, lors de la conférence de presse de clôture de la visite du CIO le 16 mai 2017.

Tony Estanguet, le co-président de Paris 2024, lors de la conférence de presse de clôture de la visite du CIO le 16 mai 2017. — ISA HARSIN/SIPA

Ça y est, c’est fini. Après trois journées très intenses, la commission d’évaluation (CEV) du CIO a terminé mercredi son inspection du dossier parisien. Lors de la conférence de presse finale, le coprésident du comité Paris 2024, Tony Estanguet, s’est montré plus que satisfait du travail effectué. « Vous savez quoi ? Tout va bien ! », a-t-il lancé en introduction, grand sourire.

>> A lire aussi: Thierry Rey aux platines, 21 sportifs, un président en sueur… On a visité les sites retenus pour les JO

Si tout va bien, c’est que les membres du CIO ont apprécié le dossier et surtout l’investissement de leurs hôtes pour accueillir les JO 2024. « On a eu des discussions ouvertes, franches, en partenariat », indique le président de la CEV, Patrick Baumann. Ce dernier a reconnu que sa petite équipe avait pris du bon temps dans la capitale française : « On a eu beaucoup de moments émouvants. Sur chaque site visité, on a rencontré des athlètes passionnés. Et lors du dîner au Petit Palais, on a retrouvé des choses oubliées de notre vie. »

Ça tombe bien, c’était là le but des responsables parisiens. Car le ressenti est au moins aussi important que le côté technique pour le vote de septembre. « Ce qu’on voulait, c’était partager notre passion, explique Tony Estanguet. Je sais en tant qu’ancien athlète que pour gagner une compétition très serrée, il ne suffit pas d’être fort. Celui qui gagne, c’est celui qui met le cœur, qui va vraiment s’arracher jusqu’au bout pour faire la différence sur des petits détails. Et là-dessus, tout le monde y a mis du sien. »

« Un dialogue, pas une mise en examen »

L’impression à la sortie de ces trois jours n’a en tout cas rien à voir avec celle de 2005, avant l’échec pour l’attribution des Jeux 2012. Parole de Guy Drut, qui en était : « La prestation a été nettement plus positive. Même plus que ça, extraordinaire plus positive, assure le membre français du CIO. On attendait de cette visite qu’elle soit un dialogue davantage qu’une mise en examen. Et le dialogue a eu lieu. Il a été sincère et productif. Ils ont su saisir notre vision. »

Paris a su toucher le CIO, c’est sûr. Cela n’augure de rien pour la suite, c’est juste un bon point à mettre à son crédit. Il y en aura beaucoup d’autres qui décideront de l’issue du vote de Lima. Et ça, même si personne ne le dit clairement, tout le monde en a bien conscience.