Aïe… Monaco va se farcir la Juventus en demie et c’est la pire équipe qu'elle pouvait tirer…

FOOTBALL Tiens, tiens, comme on s'retrouve...

Aymeric Le Gall

— 

La faute de main grossière de Chiellini lors du quart de finale retour de Ligue des champions entre Monaco et la Juventus (0-0), le 22 avril 2015.

La faute de main grossière de Chiellini lors du quart de finale retour de Ligue des champions entre Monaco et la Juventus (0-0), le 22 avril 2015. — PASCAL GUYOT / AFP

  • Monaco va retrouver une vielle connaissance en Ligue des champions
  • Malgré leur forme du moment, on se fait quand même un peu de souci pour les Monégasques

Les boules ont rendu leur verdict et n’ont pas gâté l’AS Monaco… En effet,les Monégasques affronteront les Italiens de la Juventus en demi-finale de Ligue des champions les 3 et 9 mai prochains. Si, pour paraphraser Edouard Baer, on ne pense pas qu’il y ait de bon ou de mauvais tirage quand on arrive au stade des demies, tout le monde s’accorde quand même à dire que les joueurs du Rocher se sont probablement mangés le pire adversaire possible.

Loin de nous l’idée de remettre en question le parcours incroyable des Asémistes en Ligue des champions, ni de minimiser la force collective et mentale qui se dégage de cette équipe cette saison, mais on peut quand même vous dire pourquoi, selon nous, la Juve faisait office d’épouvantail noir et blanc pour Jardim et sa bande.

  • Non mais matez cette charnière de dingo 

Oui, Monaco éclate effectivement tout sur son passage cette saison et sa ligne offensive ressemble à un tank sous excitants, mais en face, c’est le mur de Berlin, mon pote. Avec une doublette Chiellini-Bonucci à faire pâlir un Corse au soleil, il y a de quoi craindre le pire. Demandez à la MSN ce qu’elle en pense et vous serez fixés. Et si jamais les Monégasques parviennent à trouver la recette miracle, il restera toujours Gigi Buffon dans les bois… Non rien, c’est juste le meilleur gardien du monde. Quoi, Neuer ?

  • Bloc compact, la hantise des Monégasques ?

On le sait suffisamment à force de les voir jouer tous les trois jours depuis la fin du mois de juillet, les hommes de Leonardo Jardim aiment profiter des espaces que leur laissent leurs adversaires dans leur dos. Le jeu en transition, la vitesse en contre, tout ça, tout ça. Or, dès qu’il s’agit d’avoir affaire à un bloc défensif bien regroupé et agressif, les choses peuvent un peu se compliquer pour les Monégasques. On en a eu un bref aperçu lors de la finale de la coupe de la Ligue perdue face au Paris Saint-Germain récemment (1-4). Prudence, donc.

>> A lire aussi : Coupes d'Europe: La Juventus pour Monaco, l'Ajax pour Lyon...Revivez le tirage au sort en direct

  • Higuain-Dybalala, glaglagla…

Oui, Higuain-Dybala… Ces deux noms se suffisent à eux-mêmes pour faire trembler toutes les défenses du monde. Encore une fois, renseignez-vous auprès de l’arrière-garde barcelonaise pour prendre conscience du degré de traumatisme causé par le passage de ces deux extraterrestres. Une fois qu’on a dit ça, on ne devrait théoriquement pas avoir besoin d’étayer plus notre propos. Et d’ailleurs vous savez quoi ? On ne va pas le faire.

  • Oui, mais… Monaco c’est pas Gijon, c’est pas Valladolid !

Mais que tout le monde se rassure, si on sait d’avance que ces deux matchs ressembleront très certainement à un parcours du combattant, de nuit, à poil et sous une pluie diluvienne, pour les Monégasques, on sait aussi que, cette saison, rien n’est impossible pour Jardim et ses soldats.