Super League: Bonne nouvelle pour l'Europe... La Chine va plafonner les salaires versés par les clubs

FOOTBALL La Chine va scruter les finances de ses clubs...

W.P., avec AFP

— 

Axel Witsel est parti toucher des pépètes en Chine

Axel Witsel est parti toucher des pépètes en Chine — STR / AFP

La folie des clubs chinois était incontrôlable, il fallait donc agir. La Chine va imposer des plafonds salariaux aux clubs de football et scruter leurs finances, ont annoncé les autorités, un nouveau tour de vis pour limiter les sommes astronomiques dépensées pour l’achat de joueurs étrangers.

Plus de transparence

Les équipes devront désormais fournir des informations détaillées sur leur situation budgétaire, dont leurs sources de financement, a indiqué jeudi soir la Fédération chinoise de football (CFA) dans un communiqué. Les plafonds de salaires seront définis en fonction des revenus des clubs, a-t-elle précisé.

Les équipes de Super League chinoise (1re division) ont versé durant l’année passée des montants démesurés - souvent bien au-dessus des prix du marché - pour attirer des stars comme Oscar (ex-Chelsea), Ezequiel Lavezzi (ex-PSG) ou Carlos Tevez (ex-Boca Juniors).

Priorité à la formation 

Les clubs dépensant des « sommes extrêmement importantes » pour des indemnités de transfert devront désormais investir de façon proportionnelle dans la formation de jeunes joueurs, a indiqué la fédération. Elle n’a en revanche pas précisé si des amendes seraient infligées aux équipes ne respectant pas les plafonds salariaux.

La fédération avait déjà limité lundi à trois le nombre de footballeurs étrangers pouvant être alignés par chaque équipe lors des matches, contre quatre auparavant. Elle a également imposé aux équipes de faire jouer à chaque rencontre au moins deux jeunes footballeurs chinois U23 (moins de 23 ans), afin de développer le ballon rond national.