Vendée Globe: Le Cleac’h et Thomson sont dans l’hémisphère nord… Beyou se voit bien faire le come-back du siècle

VOILE La journal de la course du 8 janvier…

B.V. avec AFP

— 

Jérémie Beyou est troisième du Vendée Globe

Jérémie Beyou est troisième du Vendée Globe — LOIC VENANCE / AFP

8 janvier 2017

Le Cleac’h et Thomson sont dans l’hémisphère nord

Un peu plus de 16 heures d’avance, voilà l’avance d’Armel Le Cleac’h sur Alex Thomson au passage de l’Equateur. Les deux hommes sont désormais dans l’hémisphère nord et continuent leur route direction les Sables d’Olonne. Au passage, le Britannique a explosé le temps de passage de Gabart sur le dernier Vendée dans la portion Cap Horn -> Equateur en 13 jours et 5 heures. A fond les ballons, il reste à 130 milles du leader et dans le coup pour la victoire, même s’il a perdu un poil de temps durant la nuit.

>> A lire aussi : Vendée Globe: Thomson prépare la lutte finale... Mais c'est quoi en fait le «Pot au noir»?... Le journal de la course

Bientôt la fin du Pot au Noir

Armel Le Cléac'h (Banque populaire VIII), solidement installé en tête du Vendée Globe, entrevoit le bout du tunnel que représente le Pot au Noir, et regagnait dimanche quelques milles d'avance sur son premier poursuivant, le Britannique Alex Thomson (Hugo Boss).

Chose promise chose due: le Pot au Noir réserve au duo de tête quelques maux de tête et s'est transformé en un véritable pot de colle. Et une question qui continue de tarauder les deux skippers: comment en sortir le plus indemne?

Le skipper de Banque populaire VIII devrait être le premier, et reprendre encore un peu plus ses distances sur le Gallois. «Mais le ciel est encore très couvert et les grains nombreux à l'horizon», prévient la direction de course.

Beyou se voit bien faire le come-back du siècle

Derrière, Jérémie Beyou (Maître CoQ), attendu à l'Équateur dans deux jours, et qui va profiter de meilleures conditions, «avec un Pot au noir quasi-inexistant et des alizés de l'hémisphère nord plus consistant», se met à rêver d’un come-back. « Je pense que je peux revenir, explique-t-il au Telegramme. Mais revenir, c'est une chose, les dépasser, ç'en est une autre. Je vais déjà avoir l'opportunité de réduire l'écart.»