Vendée Globe: Le Cleac’h reprend le large en tête… Retour au Pot au Noir… Le journal de la course

VOILE On remonte dans l'Atlantique...

B.V. avec AFP

— 

Armel Le Cléac'h mène la danse

Armel Le Cléac'h mène la danse — LOIC VENANCE / AFP

Mercredi 4 janvier

Le Cleac’h reprend le large

Ouais, c’est une bonne blague de marin ça. Bref, Armel Le Cleac’h reprend le large en tête du Vendée Globe, plus de 200 milles devant Alex Thomson. De quoi aborder plus sereinement la traversée du Pot au Noir, ce marécage équatorial où alternent calmes exaspérants et grains soudains, l'une des dernières difficultés du Vendée Globe. C’est sans doute là que ce jouera définitivement ce Vendée Globe.

Le Cléac'h (Banque populaire VIII) a repris plus de 45 milles sur le Gallois Thomson (Hugo Boss) en 24 heures, augmentant son avance à 190,34 milles à 18h, puis à 228 milles à 9h ce mercredi. Le Breton commence à toucher les alizés au large du Brésil qui devraient le propulser dans sa remontée de l'Atlantique.

Le Pot au Noir décisif ?

« On fera les comptes après le Pot au Noir qui est le prochain obstacle délicat. C'est ça qui va donner la suite de la course », tempère ALC, l'esprit déjà tourné vers la prochaine difficulté.

Le Pot au Noir peut en effet redistribuer les cartes avant le sprint final vers les Sables-d'Olonne. Cette ceinture de basses pressions, où le ciel se montre capricieux, barre littéralement l'Atlantique d'ouest en est. De mauvaises manœuvres, et les écarts chutent rapidement.

Alan Roura a failli couler

C’est la crise pour Alan Roura. Le Suisse Alan Roura (La Fabrique, 13e) « a coulé petit à petit » après avoir heurté un OFNI. « L'eau a commencé à monter à hauteur de mes pieds, puis des mollets. J'ai vite compris que le temps pressait », raconte-t-il.

En réussissant à installer le safran (partie du gouvernail, NDLR) de secours, le Suisse s'en est sorti « en sang, le coude, les mains ». « Le moral est toujours là, même si la course ne sera plus la même ».