JO: Places à trois euros, cérémonies au rabais et fêtes annulées, vont être sympas ces paralympiques

JEUX PARALYMPIQUES Il n’y a plus d’argent et le public brésilien semble s’en désintéresser…

B.V. avec AFP

— 

Les Paralympiques de Rio

Les Paralympiques de Rio — Silvia Izquierdo/AP/SIPA

Ca va être sacrément bonne ambiance ces Paralympiques. En pleine période de destitution de sa présidente Dilma Rousseff, le Brésil ne s'est pas franchement passionné pour ses JO et l'engouement ne s'annonce pas non plus au rendez-vous pour leur petit frère.

Vendredi, 1,4 million de tickets avaient été vendus sur un total de 2,5 millions, un chiffre en «nette progression», a indiqué le Comité international paralympique (IPC). Malgré des prix plus que cassés, avec des places disponibles autour de 3 euros, soit quatre fois moins que les places les moins chères des JO.

Les caisses sont vides

Le Guardian explique qu’une campagne en ligne (#Filltheseats) a été lancée en Grande-Bretagne pour acheter des places aux enfants brésiliens. En 2012, le Royaume-Uni, berceau du paralympisme, a placé la barre très haut en organisant dans sa capitale des Jeux record et sans fausse note, avec des compétitions qui s'étaient disputées à guichets fermés et dans la ferveur.

De plus, les caisses de Rio 2016 sont vides. Pour pallier des dépenses imprévues pendant les JO (réparations dans les appartements des athlètes, nettoyage de la piscine devenue verte), le CIO a pioché dans le budget global. Et les recettes n'ont pas permis de combler le déficit, notamment à cause des faibles ventes de tickets pour les Paralympiques et du manque de sponsors.

>> A lire aussi : Jeux paralympiques: Comment certains athlètes se dopent en se mutilant

Le président du comité organisateur a ainsi dénoncé une «situation inédite» et annoncé des coupes budgétaires: cérémonies d'ouverture et de clôture plus modestes, services de transports réduits ou encore installations mutualisées pour réduire les frais de fonctionnement. De nombreuses épreuves ont ainsi été recasées au Parc Olympique de Barra pour éviter d’ouvrir d’autres centres. Plusieurs fêtes ont été annulées, de nombreux écrans géants ont été enlevés et 1.900 volontaires ont été remerciés.