Sébastien Bordas - ©2007 20 minutes

Président historique du Paris Saint-Germain de 1978 à 1991, Francis Borelli s'est éteint hier matin des suites d'une longue maladie. Ce personnage attachant, associé à jamais aux premiers titres du club de la capitale dans les années 1980, avait 75 ans.

Arrivé à la tête du PSG après l'affaire de la double billetterie du Parc des Princes fatale à son ami Daniel Hechter, avec qui il avait intégré la direction en 1973, cet éditeur et publicitaire avait marqué la France entière lors de la finale de la Coupe de France 1982. Face à Michel Platini et au grand Saint-Etienne, Paris arrache les tirs au but à la 119e minute. En transe, Borelli se met à genoux. « J'ai embrassé la pelouse, cette terre bénie du Parc, pour remercier le ciel », expliquera-t-il après un premier sacre qui en appelait d'autres : encore la Coupe en 1983, puis le titre de champion en 1986, avec Gérard Houllier à la barre, Safet Susic et Luis Fernandez en joueurs emblématiques. « Fils spirituel » de Borelli, ce dernier quitte alors le PSG pour le Matra Racing de Jean-Luc Lagardère, qui a pour ambition de remplacer le PSG dans le coeur des Parisiens. Malgré quelques péripéties, dont une relégation évitée de justesse en 1988, Borelli repousse la menace de son voisin, qui dépose le bilan en 1990.

Un an plus tard, Canal+, nouveau bailleur de fonds d'un club financièrement exsangue, prend la main et place Michel Denisot au poste de président délégué. Borelli doit céder la place avec amertume, avant de rebondir à Cannes jusqu'en 1996, avec un certain Luis Fernandez comme joueur puis entraîneur.