Fifa: Infantino veut la vidéo au Mondial 2018

FOOTBALL Elle sera généralisée au plus tard lors de la saison 2017-2018...

R.B. avec AFP

— 

Gianni Infantino en conférence de presse le 19 avril 2016.

Gianni Infantino en conférence de presse le 19 avril 2016. — Alexander Zemlianichenko/AP/SIPA

Le président de la Fédération internationale de football (Fifa), Gianni Infantino, espère que l'arbitrage vidéo pourra être utilisé pour la première fois en Coupe du monde lors de l'édition 2018 en Russie, a-t-il déclaré mardi lors de sa première visite dans ce pays depuis son élection.

Le Board, organe gardien des lois du jeu (constitué pour moitié des quatre fédérations britanniques et pour moitié de la Fifa), a fait le 5 mars un premier pas important vers l'utilisation de l'arbitrage vidéo, changement majeur dans l'histoire du football. Il a décidé que l'assistance vidéo à l'arbitrage serait testée en conditions réelles de match pendant deux ans, au plus tard à partir du début de la saison 2017-2018.

«Ces tests vont débuter et cela prendra deux ans», a précisé Infantino mardi à Moscou. «Cela veut dire que nous saurons d'ici mars 2018 si cela fonctionne ou pas. J'espère vraiment que la Coupe du monde en Russie sera la première où l'assistance vidéo sera utilisée pour permettre un meilleur arbitrage», a déclaré le patron du football mondial.

«Cela pourrait être un nouveau message fort pour le football», a ajouté l'Italo-Suisse.

La création de la fonction d'assistant vidéo représente la seconde phase de l'introduction de la technologie dans le foot après l'autorisation de la technologie sur la ligne de but (GLT) en 2012, utilisée depuis avec succès, notamment à la Coupe du monde 2014.

Les quatre cas où l'assistant vidéo pourra avoir son mot à dire à l'arbitre central seront: but marqué, carton rouge, penalty, erreur sur une identité.

Après Moscou qu'il quitte mercredi, Gianni Infantino doit se rendre au Qatar qui organise le Mondial 2022. Il a été élu président de la Fifa le 26 février pour succéder à Joseph Blatter, poussé vers la sortie en raison du scandale de corruption qui ébranle l'instance suprême du foot mondial.