Gerard Pique après le match du Barça contre la Real Sociedad le 28 novembre 2015.
Gerard Pique après le match du Barça contre la Real Sociedad le 28 novembre 2015. - LLUIS GENE / AFP

Longtemps, organiser une soirée foot impliquait comme seuls soucis de trancher entre pizza reine ou quatre fromages et de veiller à la température des bières. Et puis, on rigole on rigole, et voici certains d’entre vous obligés de faire avec leurs enfants qui veulent à leur tour profiter des folles soirées du ballon rond. Avant Arsenal-Barça et le début d’une nouvelle excitante semaine européenne, voici quelques conseils pour bien gérer votre marmaille les soirs de match.

Fixez des règles…

L’auteur de ces lignes a beau ne pas avoir (encore) eu le privilège de procréer, il nous paraît judicieux de commencer ce papier par un principe de base : ce n’est pas aux enfants de décider s’ils regardent ou non Juventus-Bayern. Jamais. « Comme pour le temps maximal à passer devant l’ordinateur, il convient de mettre en place des règles, souligne Jean-Marc Amar, pédopsychiatre. On peut par exemple imposer qu’ils ne regardent que la première période avant d’aller dormir. »

>> Hey les enfants, vous pouvez suivre les matchs du Barça et du Bayern ici

Ah, LE fameux principe. S’il est insupportable à l’âge de huit ans et avec un Euro en approche, il se justifie pleinement pour des raisons de temps de sommeil. « Le plus important, ce n’est pas de regarder le match en entier mais d’arriver en état de suivre le cours le lendemain à l’école », poursuit Rodrigo Arenas-Munoz, membre du bureau national de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE). Jusqu’à preuve du contraire, on n’a jamais retenu la date de la bataille d’Hastings (1066 pour info) en roupillant. Alors hop, au lit.

… Mais sachez être un peu souple

Comme pour tout principe, il convient de savoir en déroger. Allez essayer de coucher votre cadet surexcité alors que le match de l’année se joue dans la télévision du salon. « Il ne s’agit pas d’être un monstre et d’être intransigeant, estime Jean-Marc Amar. Par exemple, mon fils a droit à un joker par saison si la rencontre est vraiment passionnante. » Si le petit est actuellement en vacances, rien ne sert non plus d’appliquer bêtement ce principe.

Ne soyez en tout cas pas naïfs. Si vous pensez que mettre les mioches au lit à la mi-temps d’un PSG-Chelsea entraînera leur endormissement immédiat, c’est que vous avez oublié vos jeunes années passées à planquer une radio sous votre oreiller un soir de Lens-Arsenal. Maman de trois enfants de 13, 11 et 9 ans, Fanch a compris qu’il était vain de lutter les soirs de Ligue des champions. « De toute façon soit ils redescendaient en douce rallumer la télé soit ils écoutaient à la radio ou sur leur portable », explique cette Rennaise. Et puis, ça sera l’occasion de passer pour un grand prince en accordant quarante-cinq minutes de rab.

Ne traitez pas vos enfants de la même manière

Imaginons la situation suivante : votre aîné âgé de 14 ans a le droit de pousser jusqu’au bout de PSV Eindhoven-Atlético Madrid (oui, il aime vraiment le football. Ou Antoine Griezmann) mais le cadet de 12 ans doit filer au lit à la pause à cause du principe qui s’appliquait à l’aîné deux ans plus tôt. Face à son regard éploré, il est tentant de le laisser sur le canapé avec son frère. Ben oui. Mais non en fait.

« C’est comme dans la voiture, le plus petit n’a pas le droit d’être assis sur le siège passager avant un certain âge, glisse Jean-Marc Amar. Au contraire, le fait de voir le grand rester doit lui faire comprendre qu’il y aura aussi droit un jour. Le tout est de rendre la règle de fonctionnement clair pour tout le monde. » Soyez fort.

Servez-vous du foot pour éduquer votre gosse

Chelsea-PSG > Françoise Dolto ? Presque. La preuve.

  • Accorder une soirée foot peut encourager votre enfant à bien travailler et lui inculquer la notion de la gratification proportionnelle. « On ne donne pas de récompense pour quelque chose de normal comme faire ses devoirs, souligne Jean-Marc Amar. En revanche, ça peut valoriser un trimestre réussi à l’école. »
  • Accorder une soirée foot les responsabilise. « J’ai autorisé mes enfants à regarder la Ligue des champions à condition qu’ils ne se réveillent pas en retard et ne soient pas fatigués le lendemain », raconte Fanch.
  • Accorder une soirée foot leur permet de se faire des copains et de renforcer votre lien. « C’est bien de partager une passion avec ses enfants, poursuit Amar. On prend du plaisir ensemble et on en parle après. » Pas trop non plus, il y a école demain.

Mots-clés :