Le beau gosse du week-end: Daniel Carter

DIEU DU STADE Daniel Carter, un gendre idéal parmi les All Blacks

Sandrine Cochard

— 

Par ailleurs, les All Blacks, qui s'étaient imposés en Angleterre avant de battre à deux reprises la France, devraient achever leur tournée européenne par une victoire au pays de Galles, où la dernière défaite néo-zélandaise remonte à 1953 !

Par ailleurs, les All Blacks, qui s'étaient imposés en Angleterre avant de battre à deux reprises la France, devraient achever leur tournée européenne par une victoire au pays de Galles, où la dernière défaite néo-zélandaise remonte à 1953 ! — Damien Meyer AFP

Ce prodige du ballon ovale, sélectionné très tôt dans la prestigieuses équipe des «Blacks», où il porte le numéro 10, a plus d’un atout physique. Avec son sourire que l’Union française pour la santé bucco-dentaire ne renierait pas et sa mèche toujours coiffée du bon côté, Daniel Carter a un physique à mi-chemin entre le gendre idéal et le playboy hollywoodien. Ce n’est pas pour rien qu’il est devenu l’emblème publicitaire d’une marque de sous-vêtements. C’est vrai qu’il porte bien le shorty…



Autre point fort : son jeu, notamment au pied. Le voir se concentrer avant de frapper le ballon est un bonheur. Même en bout de course, après une lutte acharnée pour marquer l’essai, il garde la sueur glamour. La classe.



A 25 ans, il est le digne rival de Frédéric Michalak au niveau de la bogossitude. Mais lui est titulaire avec son équipe...

Mots-clés :

Aucun mot-clé.