Le patron de Montpellier Louis Nicollin, le 27 janvier 2016.
Le patron de Montpellier Louis Nicollin, le 27 janvier 2016. - PASCAL GUYOT / AFP

On l’aime beaucoup Louis Nicollin. Parce que des personnages comme celui-là, il n’y en a pas 300 dans le foot français. Mais cette fois, il était allé (trop) loin. Alors que le patron de Montpellier était devant la presse pour présenter son nouvel entraîneur, Frédéric Hantz, il a insulté un journaliste du Midi Libre. Le quotidien local est accusé d’avoir publié une photo où l’ancien coach du MHSC Rolland Courbis embrasse Frédéric Hantz, alors coach de Bastia (on vous avoue qu’on a du mal à saisir ce qu’il y a de scandaleux là-dedans).

Pour Nicollin, sûrement à cran à cause du risque de relégation en Ligue 2, « c’est indigne d’un journal. Je vous le dis, moi, c’est indigne. Vous avez un chef des sports (au Midi Libre) qui est une grosse bite (sic). Et je n’ai pas honte de le dire. Je ne peux supporter des choses pareilles. On a été floués, on a été trompés et vous continuez à faire des pipes (sic). C’est impossible, ça ! Je ne l’accepte pas. »

« Diarrhée verbale en direct »
La réponse du Midi Libre, cinglante, n’a évidemment pas traîné. Le journal a dénoncé des « mots crus » et une « diarrhée verbale en direct ». « Notre titre régional poursuivra, sans relâche, avec passion et attachement, sa mission d’information autour du Montpellier Hérault. Que Nicollin soit en état de grâce ou que Loulou nous fasse des crasses. Parce que nous, le football, ça nous habite ».

Mots-clés :