Rarement le climat entre Nice et ses supporters ne s'était autant dégradé. Depuis quelques semaines, les supporters niçois ne cachent plus leur déception. Et ils ont décidé de se faire entendre. Samedi soir, face à Reims à l'Allianz Riviera, des joueurs comme Dario Cvitanich ont été sifflés. Et à la fin de leur piètre prestation (0-0), les Aiglons sont rentrés au vestiaire sous une véritable bronca. « Je comprends l'inquiétude du public. La tension est là, on la sent », analysait sur le site du club le président Jean-Pierre Rivère. « Il faut faire attention, c'est un groupe jeune. Une équipe fragile à laquelle il ne manque pas grand-chose », ajoutait le dirigeant du Gym.

« Un public exigeant »


Un président qui a d'ailleurs été récemment sous le feu des critiques. Comme lorsque des dizaines d'ultras ont scandé « Rivère démission ! » lors d'un match de championnat du monde de full contact auquel Jean-Pierre Rivère assistait. « Dario sifflé ? Quand ça se tend, personne n'est épargné. Je suis bien placé pour en parler... », a aussi déclaré le président, faisant référence à cet épisode. Alors que reproche vraiment les supporters au Gym ? Les récents résultats mais aussi la teneur des matchs jugés sans saveur et sans folie. « On comprend que notre public puisse être frustré par rapport aux résultats. C'est un public passionné, exigeant », analyse Romain Genevois. « C'est très compliqué de jouer avec la tension. Peut-être que les gens cherchent à nous piquer, et qu'il s'agit d'un mal pour un bien. C'est en tout cas à nous d'inverser la situation. Nous n'allons pas nous démobiliser », souligne Valentin Eysseric. Le PSG, samedi, s'annonce comme le gros test de cette première partie de saison. Peut-être l'occasion de faire « la paix » avec les supporters.

■ Une grande collecte

Une collecte de vêtements de sport est organisée par l'OGCN. Jusqu'au 24 décembre, les supporters peuvent déposer, à la boutique du Gym, leurs équipements sportifs pour la bonne cause.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.