Alhassane Bangoura, à gauche, lors d'un match avec la Guinée en mars 2014.
Alhassane Bangoura, à gauche, lors d'un match avec la Guinée en mars 2014. - Ebrahim Noroozi/AP/SIPA

Christophe Rocancourt peut aller se rhabiller. Ou alors demander quelques conseils de pro à Alhassane Bangoura. L’international guinéen du Rayo Vallecano, club de la banlieue madrilène, affole toute l’Espagne du football depuis trois jours. En pleine psychose Ebola, il s’agirait du premier joueur rapatrié d’urgence d’Afrique par son club pour éviter tout risque de contamination. Voilà pour l’histoire officielle, confirmée par Bangoura à son retour à Madrid, jeudi, lors d’une conférence de presse organisée par son club.

«Mes coéquipiers s’inquiétaient pour moi»

«J’étais en train de m’entraîner quand j’ai reçu plusieurs messages de coéquipiers du club qui s’inquiétaient pour moi. J’en ai discuté avec le sélectionneur, en lui disant que je préférais rentrer. J’espère que personne en Guinée ne fera de mal à ma famille parce que j’ai abandonné l’équipe.» Petit souci, Michel Dussuyer, l’entraîneur de la Guinée, contacté par hasard par 20 Minutes pour parler –aussi– d’Ebola, dément toute entrevue: «Je ne l’ai pas rencontré. S'il a pris un avion pour venir au Maroc, ça le regarde. C’est simple, il ne faisait même pas partie de la sélection au départ, il manque de temps de jeu avec son club.» Ce que confirment d’ailleurs les sites Internets locaux.

Le piège serait-il en train de se refermer tout doucement autour de Bangoura? La parole est au cocu dans l’affaire, le Rayo Vallecano: «Ce que vous  dites est bizarre, affirme-t-on là-bas. Nous ne laissons pas nos joueurs partir en sélection si nous n’avons pas reçu de fax de convocation. On lui a en effet conseillé de ne pas se rendre en Guinée à cause du virus d’ebola et de se rendre directement au Maroc. Mais pour nous ça s’arrête là.» Alfredo Fernandez, son agent, en remet une couche: «Evidemment qu’il a été sélectionné. Dussuyer affabule complètement. Il a parlé avec Lass au Maroc. Vous verrez sa convocation, ça résoudra le problème.»

Une pré-convocation qui passe pour une convocation

On l’a vue, justement, cette convocation. Ou plutôt, cette pré-convocation. Laquelle n’a jamais été suivie de la fameuse convocation qui vaut sélection. Le Rayo Vallecano, très négligeant sur le coup, a donc laissé partir un joueur… pour une sélection qui n’existe pas. Bangoura s’est-il pour autant rendu au Maroc? «Oui, mais pour saluer mes amis et les encourager», rétropédale l’intéressé, bien embêté sur foot 224.com. Des vacances aux frais de la princesse interrompues par la menace Ebola et une pression moins amicale qu’il n’y paraît du Rayo pour faire rentrer son joueur. Ce qu’on appelle un mauvais timing, même si Michel Dussuyer est prêt à passer l’éponge. «Je ne sais pas quel crédit il faut accorder à tout ça. Mais ça ne présume en rien que je ne convoquerai pas Alhassane par la suite.» Si le Rayo le laisse partir….

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé