Des joueuses iraniennes célèbrent leur victoire face à la Papouasie aux Jeux olympiques de la jeunesse, en 2010
Des joueuses iraniennes célèbrent leur victoire face à la Papouasie aux Jeux olympiques de la jeunesse, en 2010 - CHINE NOUVELLE/SIPA

Interrogé sur le port du voile par les joueuses -autorisé par la Fifa-, le président de l’organisme dirigeant du football mondial, Sepp Blatter, s'est montré ferme vis à vis de la fédération française: «La fédération (française) de football fait partie de la Fifa. L'International Football Association Board sont les gardiens de la loi du jeu. Si les gardiens de la loi du jeu disent que les filles peuvent porter un voile, la fédération française ne peut pas dire que non».

La Fédération Française de Football (FFF), soucieuse de respecter la «laïcité» qui prévaut en France, avait décidé début mars de maintenir «l'interdiction du port de tous signes religieux ou confessionnels» et donc du voile sur les terrains.

«Ils n'ont pas le choix», a rétorqué Blatter.

Mots-clés :