Le Français Sébastien Ogier (VW Polo R) a remporté le Rallye du Mexique, troisième manche du championnat du monde WRC, en devançant le Finlandais Mikko Hirvonen (Citroën DS3) et le Belge Thierry Neuville (Ford Fiesta RS), dimanche à l'issue des 23 spéciales.
Le Français Sébastien Ogier (VW Polo R) a remporté le Rallye du Mexique, troisième manche du championnat du monde WRC, en devançant le Finlandais Mikko Hirvonen (Citroën DS3) et le Belge Thierry Neuville (Ford Fiesta RS), dimanche à l'issue des 23 spéciales. - Alfredo Estrella AFP

© 2013 AFP

Le Français Sébastien Ogier a signé son premier succès au Mexique dimanche et a offert une première victoire sur terre à sa Volkswagen Polo R, déjouant tous les pièges d'un rallye où il n'aura finalement laissé que quelques miettes à des adversaires relégués bien loin.

«16 temps scratches, 28 points à l'arrivée, une avance assez confortable après seulement trois courses, c'est vraiment un début de saison idéal», a commenté Ogier, vainqueur le mois dernier au coeur des forêts enneigées suédoises et leader du Championnat du monde avec désormais 44 points d'avance sur Mikko Hirvonen.

Sébastien Loeb est certes intercalé entre les deux hommes, mais le sextuple vainqueur de l'épreuve, avait décidé de ne pas inscrire ce rallye aux quatre rendez-vous WRC qu'il s'est fixés cette saison.

Hirvonen se retrouve donc pour la troisième fois d'affilée sur la deuxième marche du podium mexicain, n'ayant signé que deux spéciales sans marquer le moindre point lors de la Power Stage.

Le Finlandais aurait pu profiter de la mésaventure d'Ogier dans l'ES18, mais il a crevé et perdu 90 secondes alors que le Français et son co-pilote Julien Ingrassia, jouaient les apprentis-fermiers en ouvrant une barrière qui fermait malencontreusement la piste...

Filmé en caméra embarquée par le pilote Volkswagen, cet événement insolite a finalement attendri l'organisation de course qui a redonné à Ogier les 40 secondes perdues dans l'aventure, lui offrant en même temps l'ES18 au détriment de son coéquipier Jari-Matti Latvala.

Latvala et Ostberg dehors

Latvala, connu pour être très rapide sur terre, a eu un peu plus de chance que l'an passé où il avait terminé sur le toit de sa Ford Fiesta mais a tout de même dû se retirer de la compétition officielle - il repartira en rallye2 avec de lourdes pénalités de temps - dès l'ES3 sur un bris de suspension.

Cet abandon, qui d'un certain côté facilitait la tâche du futur vainqueur, a été suivi samedi par la panne électrique du Norvégien Mads Ostberg (Ford), le seul apparemment à pouvoir suivre le rythme d'Ogier sur ces pistes cassantes. «Il s'agit de la plus grande déception de ma carrière», a lancé Ostberg, qui se trouvait alors à 40 secondes du leader.

Troisième du classement général juste derrière Loeb au départ du rallye, Ostberg repart du Mexique avec les seuls deux points réservés au deuxième de la Power Stage et une cinquième place au général tandis qu'Ogier réalise le carton plein.

Alors que Dani Sordo, coéquipier d'Hirvonen sur la Citroën imbattable ces dernières années aux mains de Loeb, termine à une anonyme 4e place, d'autres pilotes ont fait preuve de plus de panache. A commencer par le Belge Thierry Neuville, meilleur pilote Ford du week-end et qui monte sur son premier podium en WRC. En tentant de reprendre Hirvonen, qui le distançait de 7 secondes dimanche matin, il a failli tout perdre dans l'ES21 en descendant un ravin en marche arrière!

Le Qatariote Nasser Al-Attiya (Ford), expérimenté sur ce terrain --il en était à sa septième participation--, a terminé 5e, soit une place de mieux que l'an passé, juste devant l'Australien Chris Atkinson (Citroën) qui doit bien regretter d'avoir rencontré, au beau milieu de la chaussée dans l'ES3, une pierre qui l'avait relégué à la 15e place.