Le joueur français Jo-Wilfried Tsonga, le 1er novembre au tournoi de Bercy.
Le joueur français Jo-Wilfried Tsonga, le 1er novembre au tournoi de Bercy. - B.Tessier/REUTERS

Quentin Thomas

Atteindre pour une cinquième fois le dernier carré d’un Grand Chelem, tel sera l’objectif de Jo Wilfried Tsonga, en quart de finale contre Roger Federer ce mercredi matin. Une performance qui s’annonce difficile pour le Manceau qui peine à s’imposer contre les «cadors» mais qui entend bien réussir à se faire une place parmi les meilleurs.

Vingt-quatre victoires en 30 matchs, une demi-finale en 2008, un quart de finale en 2009, puis une autre demi- finale en 2010,  l’Open d’Australie réussit bien au numéro un français. En 2008, il parvenait à se hisser en finale après avoir éliminé Rafael Nadal. Pour Patrice Hagelauer, le DTN français, «Jo a déjà tout dans son jeu pour battre Federer, il faut juste qu’il soit en confiance. Il doit s’appuyer sur ses points forts, la puissance de son service et son excellent coup droit. S’il parvient à s’imposer, cela pourrait être le déclic et il ira très loin».
Battre le Suisse, Tsonga l’a déjà fait. Le 29 juin 2011, il éliminait Roger Federer en quart de finale de Wimbledon, sur une surface un peu plus rapide que le dur australien. Depuis, «Jo» n’a jamais réussi à s’imposer au-delà des quarts contre l’un des joueurs du Top 5.

Gagner en constance

«Jo est très solide, il arrive à faire de grandes performances, il lui manque juste un peu de constance, confie Arnaud Clément, nouveau capitaine de Coupe Davis, il peut jouer un cran au dessus.» «J’en ai encore sous la pédale, confirme le Français qui préfère cependant ne pas se mettre trop de pression: «Pour moi, c’est un super match. Ça sera l’occasion de me tester. Je vais donner le maximum et après, on verra ce qui se passe.»