Vidéo: Lucas Moura, cousin de Ménez ou frère jumeau de Ronaldo?

0 contributions
Publié le 2 janvier 2013.

FOOTBALL - Le Brésilien qui vient de rejoindre ses nouveaux coéquipiers du PSG n'est pas un juste un dribbleur...

Tout le monde en parle depuis des semaines mais personne ne l’a vraiment vu jouer. Lucas Moura, qui sera officiellement présenté mardi par le PSG, n’entre pas tout à fait dans le même moule que la plupart des joueurs brésiliens qui ont éclaté en Europe lors de la dernière décennie. Si son profil peut faire penser à celui de Jérémy Ménez, si l’on s’en tient au PSG, Lucas Moura est un joueur plus complet qu’il n’y paraît.

Sa première qualité: la vitesse balle au pied

Le défenseur girondin Mariano, qui a affronté Lucas au Brésil, parlait récemment dans Sud Ouest de Lucas Moura comme d’«un bon dribbleur. Son atout principal est la vitesse. Il a vraiment une grande rapidité d'exécution, il attaque, percute. Pour tout cela, je le comparerais à Ronaldo.»  La plupart des vidéos montrent en effet un joueur qui élimine d’abord ses adversaires sur sa pointe de vitesse, sans fioritures excessives ni dribbles insensés. Le tout grâce à des qualités physiques indéniables: Lucas ne s’écroule pas au premier contact, une qualité qui lui vaut d’être comparé à Jairzinho, l’ailier droit mythique du Brésil de Tele Santana. Bref, il ne devrait pas être trop chahuté par les défenses rugueuses de L1. (A partir de 1'23'')

 

Son péché mignon: la roulette

Lucas Moura n’est pas un jongleur de foire, comme pouvait l’être l’ancien Bordelais Denilson, qui a laissé plus de souvenirs sur YouTube que sur les terrains. L’international brésilien (22 sélections) n’est pas non plus aussi inventif sur les dribbles arrêtés que pouvait l’être un Ronaldinho à son zénith. Son truc à lui, c’est plutôt la roulette de Zinedine Zidane, dont il a avoué être un grand admirateur dans une interview à France Football: «Sincèrement, mon idole a toujours été Zidane, même si je possède un style un peu différent du sien. J'adorais le voir jouer, même s'il a été notre bourreau en Coupe du monde.» Lucas est aussi un amateur de grands ponts, de préférence en contre-attaque et sur le latéral gauche de l’équipe adverse. (A partir de 2'44'')

 

Son atout caché: la frappe soudaine

Si l’on se fie à ses statistiques au Brésil -entre 5 et 10 buts par saison, à peu près autant pour les passes décisives- Lucas Moura n’est pas le joueur le plus efficace du monde. Il lui arrive même de manger la feuille assez fréquemment, comme un Ménez des mauvais jours. Mais le nouvel attaquant parisien sait faire autre chose que marquer à six mètres des buts après avoir dribblé la moitié de l’équipe adverse. Lucas semble en effet doté d’une frappe du pied droit assez pure, qui peut être déclenchée sans élan et aller chatouiller les lucarnes sans prévenir. Ce qui n’est pas le point fort des attaquants du PSG, hormis bien sûr Ibrahimovic. (A partir de 6'15'')

Julien Laloye
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr