La joueuse de tennis Caroline Wozniaki imite Serena Williams, lors d'un match d'exhibition, le 9 décembre 2012.
La joueuse de tennis Caroline Wozniaki imite Serena Williams, lors d'un match d'exhibition, le 9 décembre 2012. - A.PENNER/AP/SIPA

P.B.

Elle a fait rire Maria Sharapova. Et Roger Federer. Mais son imitation de Serena Williams, lors d'un match d'exhibition au Brésil ce week-end, n'a pas plu à tout le monde. Wozniacki s'est rembourrée les seins et les fesses avec des serviettes pour exagérer les amples formes de Williams. Certains y voient une imitation «raciste».

La vidéo:

«Au vu de l'histoire et du contexte des standards raciaux de beauté et de l’hyper-sexualisation des gens de couleur, quand une femme blanche se moque du corps d'une femme noire en jouant sur des stéréotypes comme ses grosses fesses, c'est raciste», accuse le blog Feministing.

Dans sa section «Black Voices» (qui donne la parole à des Afro-Américains) le Huffington Post a posé la question aux internautes et les résultats sont partagés: 40% jugent l'imitation de Wozniacki raciste, estimant que cela renvoie aux caricatures de l'époque coloniale époque Venus Hottentote. 39% pensent le contraire et 21% n'ont pas d'avis.

Ni Williams ni Wozniacki n'ont commenté l'épisode. Les deux joueuses sont copines (la Danoise est récemment allée voir l'Américaine à l'hôpital) et Serena Williams ironise régulièrement son son postérieur, tweetant par exemple: «Vais-je trouver un bikini brésilien à ma taille ?» Novak Djokovic avait, lui, déjà fait le coup de la serviette sans que personne ne trouve à y redire. Un double-standard sexiste?