Le milieu de l'OM, Joey Barton, lors d'un match de Ligue Europa, le 8 novembre 2012 contre le Borussia Monchengladbach.
Le milieu de l'OM, Joey Barton, lors d'un match de Ligue Europa, le 8 novembre 2012 contre le Borussia Monchengladbach. - REUTERS

Romain Baheux

La Ligue 1 va le découvrir. Cantonné aux matchs de Ligue Europa en raison de sa suspension prise lors d’un match contre Chelsea avec QPR, le Britannique a purgé sa peine et va pouvoir faire ses débuts dans le championnat de France contre Lille dimanche. Pour s’occuper, Joey Barton a pas mal tweeté depuis son arrivée dans les Bouches-du-Rhône. Florilège de ses inspirations en 140 signes.

31 août. «Et ils m’ont dit qu’il faisait froid aujourd’hui?» En bon Anglais, Barton s’étonne de la sévérité des Marseillais vis-à-vis de la météo qu’il trouve excellente visiblement. Le milieu débarque sur le Vieux Port ensoleillé et tient à le faire partager à ses followers.

3 septembre. Impliqué dans une bagarre à l’entraînement lorsqu’il jouait à Manchester City avec Barton, Ousmane Dabo qualifie l’Anglais de «lâche» dans une interview accordée à L’Equipe. Il n’en fallait pas autant pour faire monter au créneau Barton qui invite l’ex-milieu de terrain de la Lazio Rome à un dîner via Twitter. Histoire de s’expliquer une bonne fois pour toutes.

27 septembre. Même depuis le Sud de la France, Joey Barton continue de surveiller l’actualité du football d’outre-Manche. Ce jour-là, la suspension de quatre matchs infligée à John Terry pour insulte raciale le met hors de lui. Il n’hésite d’ailleurs pas à faire un parallèle entre sa suspension et celle du défenseur de Chelsea.

7 octobre. Barton se lâche bien sur le coup. Agacé par des commentaires sur Twitter qu’il juge débile, le footballeur milite pour un changement de régime gouvernemental en Angleterre. «J’espère vraiment qu’un dictateur va prendre le contrôle de la Grande-Bretagne et va exécuter les abrutis.» Toujours dans la mesure Joey.