XV de France: Gare aux coupeurs de têtes

3 contributions
Publié le 22 novembre 2012.

RUGBY - Contre les Samoa, les Bleus devront rivaliser avec l'équipe la plus physique au monde...

Au début on a eu du mal à y croire. On s’est même dit que c’était une légende urbaine inventée par les Samoans eux-mêmes, mais non: après chaque entraînement, le joueur samoan qui a laissé tomber le plus de ballons est condamné à un châtiment bien particulier. Il doit traverser le bus de l’équipe torse nu, pendant que ses coéquipiers le frappent sur le dos avec la paume des mains. Rien que d’imaginer l’effet d’une claque virile du Toulousain Census Jonhstone, 1m90 et 130kg sous la toise, on tremble…

Les Samoa ne sont pas aussi joueurs que les Fidji, mais ils sont encore plus féroces que les Tonga, la dernière équipe du pacifique à avoir battu les Bleus, un matin d’humiliation lors du Mondial 2011. Une autre anecdote? Pour expliquer pourquoi il s’était fait un énorme tatouage sur le dos, Brian Lima, la grande star samoane (cinq Coupes du monde entre 1991 et 2007), avait l’habitude de répondre la chose suivante, droit dans les yeux de son interlocuteur: «Je voulais savoir ce que c’était d’expérimenter la douleur». On comprend mieux pourquoi les joueurs du Pacifique ont été surnommés «les coupeurs de tête» par Philippe Saint-André: sur Internet, les florilèges des plaquages les plus destructeurs de l’histoire samoane donnent des frissons d’angoisse.

«Ils plaquent pour marquer l'adversaire»

«C’est leur marque de fabrique, un peu comme le french flair chez nous. Il va falloir penser à bien se baisser» reconnaît Maestri. Le Toulousain a été titularisé par le staff pour ses qualités «de combat au ras». Ça tombe bien ça devrait «piquer» sérieusement dans les impacts samedi. «On ne va se mentir, on en a pas mal parlé entre nous avoue Fofana. On voit les matchs qu’ils font, ils sont super agressifs. Ils prennent haut pour marquer physiquement l’adversaire. Des fois ça marche mais d’autres ça peut faire très mal.» Florian Fritz, qui s’y connaît en tampons virils, nuance un peu: «Oui, ils sont dangereux, tout le monde a vu qu'ils sont solides physiquement, mais coupeurs de têtes, c'est un peu péjoratif. Au Pays de Galles ont mis de la férocité mais toujours dans les règles ils ont fini pas faire céder les Gallois». Dans les règles c’est vite dit. Parlez-en à Jamie Roberts, qui a avoué avoir disputé la rencontre «la plus brutale de sa vie» la semaine dernière à Cardiff. Mangés physiquement, les Gallois ont perdu trois joueurs sur blessure avant de capituler (26-19).

«Ils se jettent moins qu’avant»

La preuve que les Samoa savent désormais faire autre chose que plaquer à tort et à travers juge Maxme Mermoz: «Ils se jettent beaucoup moins qu’avant en défense, ils ferment mieux les espaces et glissent bien sur les ailiers quand on écarte. Si on ne tient pas le ballon sur des séquences de plus de deux minutes, on ne les met plus en difficulté». Les Samoa n’ont en effet plus grand-chose à voir avec l’équipe qui s’était pris une rouste il y a trois ans au Stade de France. Beaucoup se sont professionnalisés dans les grands championnats européens, notamment en top 14: «C'est une équipe qui a progressé sur les phases statiques, on voit beaucoup de jeu. Les équipes des îles Pacifique ont souvent des soucis au niveau de leurs buteurs, qui ne sont pas très réguliers. Là, ils en ont un. C'est vraiment une équipe complète» appuie Fritz, presque impressionné. D’ailleurs, en cas de défaite des Bleus samedi, la France et les Samoa se trouveront dans le même chapeau avant le tirage au sort du Mondial 2015. Pour la balade de santé censée clore en beauté une tournée d’automne rafraîchissante, le XV de France repassera.

Julien Laloye, à Marcoussis
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr