PSG: Thiago Silva, le regret de Porto

0 contributions
Publié le 3 octobre 2012.

FOOTBALL – Le défenseur brésilien n’est resté que six mois dans le club portugais…

C’était en 2004. Porto venait de fêter son titre de champion d’Europe et José Mourinho de faire ses valises pour Chelsea, emmenant avec lui la moitié de la défense des Dragons (Carvalho, Ferreira). Pour les remplacer, débarquent Pepe, un inconnu venu de Maritimo, et Thiago Silva, un jeune espoir du club brésilien de Juventude. Le premier triomphera rapidement, le second ne fera qu’un passage éclair au Portugal avant d’éclater quelques années plus tard. La faute à de graves problèmes de santé évoqués par le défenseur du PSG dans Le Parisien en début de semaine.

Deux mois à l'hôpital

« Quand il est arrivé, il était déjà atteint de graves troubles respiratoires, se souvient André Morais, journaliste spécialiste du FC Porto au quotidien O Jogo. « Les médecins ont diagnostiqué une tuberculose et Thiago a dû passer deux mois à l’hôpital avec interdiction de recevoir qui que ce soit. Il ne s’est remis qu’en fin d’année, alors quand le club a reçu une proposition d’un club russe (le dynamo moscou ndlr), Porto n’a pas hésité à le vendre». Si la version diffère un peu du côté du joueur –«J’ai été recruté pour jouer dans l’équipe première, mais, quelques jours après mon arrivée, j’ai été directement envoyé en équipe B. Je n’ai jamais compris pourquoi»- son potentiel n’était pas totalement passé inaperçu à Porto.

«Très au-dessus de la concurrence»

Domingos Paciencia, qui l’a entraîné quelques semaines en réserve, se rappelle d’un joueur «très au-dessus de la concurrence», même s’il était moins accompli physiquement qu’aujourd’hui. «J’ai changé mon système de jeu pour lui. On s’est mis à jouer à cinq derrière et j’en ai fait le libéro de ma défense. Lors d’un tournoi amical au Vietnam (auquel participaient également Palmeiras et la sélection nationale thaïlandaise) il avait était tellement bon que je lui avais donné quelques jours de libre pour visiter le pays». C’était avant que la maladie ne pousse Thiago Silva à fréquenter l’hôpital plus souvent que les terrains d’entraînement: «S’il n’a pas réussi ici, c’est uniquement à cause de ça» conclut son ancien coach. Ce n’est pas Paris qui s’en plaindra.

A Porto, Julien Laloye
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr