André-Pierre Gignac, l'attaquant  marseillais, n'a pas existé face à la fougue de Loris Néry et ses coéquipiers du VAFC
André-Pierre Gignac, l'attaquant marseillais, n'a pas existé face à la fougue de Loris Néry et ses coéquipiers du VAFC - m.libert / 20 minutes

françois launay

La boulette a déjà fait le tour du web. Auteur d'une relance à la main digne des pires gardiens anglais sur le troisième but de Kadir, Steve Mandanda a illustré à lui seul le naufrage de l'OM dimanche après-midi à Valenciennes. Après six victoires en six matchs et un seul but encaissé, le leader marseillais est tombé lourdement de son piédestal dans le Nord. Balayés par des Valenciennois survoltés (4-1), les hommes d'Elie Baup ont tout fait à l'envers. Avec notamment une première mi-temps proche du néant (3-0 à la pause) « Rien n'a marché. Le verdict est lourd, brutal. », concède un coach marseillais abasourdi. « On va s'expliquer, discuter et travailler. Il va falloir vite se remettre à l'endroit », poursuit Elie Baup. « On va prendre le temps de digérer », annonce aussi Benoît Cheyrou, le milieu olympien. À condition de ne pas traîner car dimanche, c'est le PSG qui tentera d'aller chiper au Vélodrome le fauteuil de leader aux Marseillais dans un vrai duel au sommet. « On va se rattraper contre eux », jure l'attaquant André Ayew. Même si l'OM a affiché d'inquiétantes faiblesses dans le Nord. Qui n'auront sans doute pas échappé aux Parisiens. En pressant très haut les Olympiens, VA a trouvé la clé d'une énigme restée sans solution depuis le début de saison. « On savait qu'en les bougeant un peu, en étant très agressifs, on était capable d'imposer notre rythme et de se créer des occasions. Et puis, dans le contenu, Marseille n'avait pas non plus impressionné la Ligue 1 depuis le début de saison », ose même Mathieu Dossevi, l'attaquant du VAFC. Surtout qu'après ce fiasco inattendu, l'OM fait tout de suite beaucoup moins peur.