Marc Nouaux

«Ça y est, la course au maintien est lancée », annonce Vincent Etcheto, l'entraîneur des arrières de l'UBB, au sortir de la défaite à Agen (10e), samedi. Battue pour la cinquième fois en sept journées, l'Union (13e) est désormais relégable après la victoire de Bayonne à Biarritz (15-16). Pour autant, les Bordelo-béglais ont sans doute accompli leur meilleur match depuis le début de saison. « On ne peut rien reprocher aux joueurs, concède l'entraîneur des avants, Régis Sonnes. On a retrouvé du jeu de trois-quarts, des mouvements, mais on ne gagne pas… » Même son de cloche chez le manageur, Raphaël Ibanez. « Je comprends l'énorme frustration des joueurs, reconnaît-il. J'ai vu de belles choses mais on n'arrive pas à avoir cet instinct de tueur et de finisseur. »

« Si on joue comme ça,

on va en gagner des matchs »
Dominatrice en mêlée (Agen a été pénalisé huit fois) et en touche, l'UBB a soigné sa conquête mais n'a jamais réussi à franchir le dernier rideau adverse, malgré de beaux mouvements collectifs qui ont souvent échoué dans les derniers mètres. « Ca ne se joue pas à grand-chose, analyse le capitaine Matthew Clarkin. On est frustré car on a gaspillé nos occasions mais on a retrouvé notre jeu de l'année dernière, pour la première fois cette saison.

C'est très positif. »
L'Union, même dominatrice, a été loin de livrer un match parfait, lâchant beaucoup de points à l'adversaire. « C'est vrai que l'on a fait des fautes stupides, admet le demi de mêlée, Julien Seron. On est encore un peu brouillon sur certaines actions. »
Mais malgré l'urgence de prendre des points, l'UBB veut rester optimiste et s'appuyer sur ses points positifs. « Si on joue comme ça, on va en gagner des matchs, estime Vincent Etcheto. On a le mérite de se créer des occasions, ce match, on doit le gagner cent fois. » Julien Seron préfère quant à lui insister sur la notion de plaisir retrouvé malgré la défaite. « Les joueurs ont pris plus de plaisir que lors des dernières semaines. »Du beau jeu, du plaisir, mais pas d'essai. L'UBB doit maintenant avoir peur car elle est relégable.