Clermont, auteur d'une première période catastrophique, s'est fait une belle frayeur à domicile face au Stade Français, battu (28-25) dans les toutes dernières secondes grâce à un drop de Brock James, vendredi soir en ouverture de la 7e journée du Top 14 de rugby.
Clermont, auteur d'une première période catastrophique, s'est fait une belle frayeur à domicile face au Stade Français, battu (28-25) dans les toutes dernières secondes grâce à un drop de Brock James, vendredi soir en ouverture de la 7e journée du Top 14 de rugby. - Thierry Zoccolan afp.com

© 2012 AFP

Clermont, auteur d'une première période catastrophique, s'est fait une belle frayeur à domicile face au Stade Français, battu (28-25) dans les toutes dernières secondes grâce à un drop de Brock James, vendredi soir en ouverture de la 7e journée du Top 14 de rugby.

Ce succès, le 47e d'affilée à domicile depuis novembre 2009, fut dur à obtenir mais permet néanmoins au club auvergnat de revenir provisoirement à hauteur du leader Toulon en tête du classement. Mais l'ASM, complètement absente en première période, a reçu un avertissement sans frais et devra se ressaisir pour éviter un sort plus cruel samedi prochain face à Castres.

Le Stade Français, qui a inscrit trois essai et menait 22 à 10 à la pause, inscrit son premier point de la saison hors de la capitale. Mais cette onzième défaite consécutive à l'extérieur aura longtemps un goût amer que les Parisiens devront effacer sans tarder chez la lanterne rouge Mont-de-Marsan, sous peine de s'enferrer dans la seconde partie du classement.

Solide à domicile samedi dernier face à Perpignan (34-24), le Stade Français a joué crânement sa chance vendredi soir au stade Marcel-Michelin. L'ouvreur Paul Warwick, titulaire en lieu et place du jeune Jules Plisson, blessé, ouvrait le score dès le coup d'envoi. La passivité de la défense auvergnate offrait rapidement un doublé au remuant ailier fidjien Waisea Vuidravuwalu.

Solides en conquête, seulement pris en défaut par la réaction clermontoise traduite par un essai de Thomas Domingo, les Parisiens tentaient de gérer leur capital. Ils finissaient néanmoins par baisser de régime et subir la brouillonne domination clermontoise traduite par cinq pénalités de Morgan Parra et deux drops, dont le dernier libérateur, de l'ouvreur Brock James, entré en jeu à la reprise en lieu et place de David Skrela.