Les handballeurs de Montpellier ont vécu en reclus jeudi à Flensburg (Allemagne), avant leur match en soirée contre le club local, mais dès vendredi et leur retour à Paris ils seront à la merci des enquêteurs pour cette affaire de paris sportifs visant quelques uns d'entre-eux.
Les handballeurs de Montpellier ont vécu en reclus jeudi à Flensburg (Allemagne), avant leur match en soirée contre le club local, mais dès vendredi et leur retour à Paris ils seront à la merci des enquêteurs pour cette affaire de paris sportifs visant quelques uns d'entre-eux. - Benjamin Nolte afp.com

© 2012 AFP

Les handballeurs de Montpellier ont vécu en reclus jeudi à Flensburg (Allemagne), avant leur match en soirée contre le club local, mais dès vendredi et leur retour à Paris ils seront à la merci des enquêteurs pour cette affaire de paris sportifs visant quelques uns d'entre-eux.

Installés dans le nord de l'Allemagne pour leur premier match de Ligue des champions de la saison, les champions de France étaient loin de la torpeur médiatique habituelle pour ce genre de match de la part de la presse française.

"Je suis satisfait du comportement de l'équipe et du résultat", a sobrement déclaré Patrice Canayer, l'entraîneur de Montpellier après le match nul (37-37) obtenu contre Flensburg.

Un résultat anecdotique car l'intérêt des journalistes présents ne concernait pas le terrain, mais bien ces paris étranges qui auraient été effectués par l'entourage de plusieurs joueurs du Montpellier Agglomération Handball (MAHB), le 12 mai dernier, sur leur rencontre du même jour dans la salle de Cesson-Sévigné, en Championnat de France.

Le montant des sommes ainsi empochées par les joueurs ou leur entourage suite aux paris sur cette rencontre perdue 31-28 par le MAHB serait de quelque 280.000 euros, a appris l'AFP jeudi de source proche du dossier. Soit un gain net d'environ 180.000 euros, la cote proposée étant alors de 2,90 contre 1.

L'information judiciaire ouverte sur cette affaire est très large, et vise à la fois des faits "de corruption active et passive" mais aussi des faits "d'escroquerie et de recel d'escroquerie", aux dépens de la Française des Jeux (FDJ).

A l'époque des faits, en mai, la FDJ avait été alertée sur ce match en raison "des montants quatre ou cinq fois supérieurs à ce qu'on pouvait attendre".

Selon une autre source proche du dossier interrogée par l'AFP cette semaine, les joueurs concernés avaient uniquement misé sur le score à la mi-temps, prévoyant que le MAHB soit alors mené, mais pas sur le score final.

Lors de ce match, le club héraultais était privé de plusieurs de ses cadres, dont Nikola et Luka Karabatic, Mladen Bojinovic, Vid Kavticnik et Samuel Honrubia, tous blessés.

Des épouses ou compagnes de joueurs et des membres de l'environnement du club auraient pris ces paris dans trois bureaux de tabac en région parisienne, en Bretagne et près de la cité héraultaise, selon France 3.

La gradation des sanctions qui menacent les handballeurs ayant pris part à ces paris, même par procuration, va du simple match de suspension à une peine de cinq ans de prison si des faits de corruption étaient avérés.

Mais l'affaire a d'ores et déjà des conséquences concrètes: la star des "Experts", le double champion olympique Nikola Karabatic n'apparaîtra ainsi plus dans les publicités du site de jeux en ligne Betclic, même s'il ne s'agit "pas d'une rupture de contrat", précise Betclic.

Si les joueurs impliqués étaient simplement mis en cause pour paris non autorisés, la sanction serait faible. Dans le cas du handball, la Ligue (LNH) ne prévoit en effet que des peines de un à six matches de suspension.

Si par contre ils étaient poursuivis dans le cadre de la loi de février 2012 sur l'éthique qui a instauré le délit pénal de corruption sportive, ils seraient alors passibles de jusqu'à cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende.

A l'abri de la justice française en Allemagne, les joueurs de Montpellier soupçonnés, sept ou huit semble-t-il, pourraient être interpellés dès vendredi à leur arrivée sur le sol français, à 19h25, à l'aéroport de Roissy, en provenance d'un vol au départ de Hambourg.

"Il faut arrêter de traiter comme des criminels les joueurs et le club", a dénoncé le président du MAHB, Rémy Levy, à l'issue du nul contre Flensburg, écartant la possibilité d'interpellations de joueurs au retour à Paris.

Les enquêteurs du SRPJ de Montpellier pourraient patienter quelques heures et attendre dimanche, à l'issue du sommet du championnat de France prévu à 15h00 entre le MAHB et le Paris Saint-Germain, à Coubertin, pour faire procéder aux premières auditions.

Le retour à Montpellier pourrait alors être plus tardif que prévu.